Thursday, August 16, 2018
branches

Conférence à Rodez le 6 février

Publié par Le C.G.R. Le 4 février 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le mercredi 6 février 2013, de 14h30 à 15h30, dans la salle de conférence du Centre Culturel, 25 avenue Victor Hugo à Rodez se tiendra un cours de paléographie : Les moulins à foulon

L'église de SegurSuivi de 15h30 à 17h00 d’une conférence présentée par Emmanuel RIVE sur : “Les Seigneurs et paysans de Ségur au Moyen-âge”. Chercheur, membre du CGR.

Le passé médiéval de Ségur bénéficie d’un éclairage exceptionnel, dû essentiellement à la conservation d’une grande partie des archives des notaires locaux, depuis le XIIIème siècle pour certaines pièces. Cette richesse documentaire permet d’illustrer deux aspects complémentaires de la société du Moyen-âge. Tout d’abord, à travers les évolutions de la châtellenie de Ségur, se dessinent les divers visages de la seigneurie médiévale : l’origine hypothétique, à partir d’une viguerie carolingienne, les partages entre coseigneurs, puis les regroupements et le rattachement final au domaine royal.

Quant aux paysans de la seigneurie, de toutes conditions, serfs, tenanciers ou métayers, ils sont présents à chaque page des archives anciennes de Ségur. Ils y apparaissent, non comme la masse laborieuse et indistincte que l’on présente habituellement, mais comme des individus bien différenciés, chacun avec ses intérêts, son destin, son histoire … Histoire qui se heurte aux grands bouleversements de cette fin du Moyen-âge : Peste noire, Guerre de cent ans ou guerres de religion.

Comme toujours, ce cours et cette conférence est en accès libre et gratuit

Les archives en ligne c’est maintenant !

Publié par Le C.G.R. Le 1 février 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

bandeau_accueil

Voilà, c’est fait !!! La mise en ligne des archives (Etat Civil et Registres Paroissiaux) de l’Aveyron a été effectuée hier après-midi (31 janvier 2013) sur un portail entièrement dédié aux archives : http://www.archives.aveyron.fr

La numérisation des archives a été réalisé en 1994, et il s’agissait donc de « simplement » mettre tout cela en forme et en ligne. C’est chose faite et nous pouvons nous réjouir de la qualité du service offert et de sa gratuité.

La recherche des actes peut se faire par une liste des communes (préférable de passer par cette entrée plutôt que de taper une commune avec le risque de la mauvaise orthographe ou des variantes avec accents, abréviation etc..) ou par une carte interactive.

Il est a noté que le cadastre est a priori en cours de numérisation, et qu’il devrait être en ligne en 2014.

Merci à tous ceux aux archives, au Conseil Général qui ont oeuvrés a la réalisation de ce site, fait par la société Ligéo, créateur aussi du site des archives de la Lozère.

Archives en ligne contre relevés

Publié par Le C.G.R. Le 31 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le 1er février 2013 restera pour les généalogistes amateurs ayant des recherches sur l’Aveyron comme une date importante. Ce vendredi les archives (Etat civil et registres paroissiaux dans un premier temps) seront disponibles pour tous en ligne.

Nous voyons déjà, ici où là, des gens remercier tous ceux, qui au fil des dernières années, ont réalisé des relevés systématiques des registres de naissances, décès et mariages, comme si la mise en ligne des archives sonnaient le glas des relevés systématiques.

escrime-clip-art_415183Nous pensons qu’il ne faut pas opposer les deux, il s’agit de deux choses totalement différentes mais complémentaires, et nous souhaitons beaucoup de courage aux chercheurs, pour trouver dans les milliers de pages des archives en ligne, un acte sans connaitre le lieu et la date de celui-ci.

Qui n’a jamais chercher pendant des mois, voire des années un acte sur une paroisse, une commune, alors que l’évènement recherché avait été célébré ailleurs ? Et puis un jour, ces informations (lieu et date) surgissent d’un relevé fait par un bénévole de telle ou telle association, faisant la preuve de la grande utilité des relevés systématiques.

La mise en ligne des archives va certainement pousser certains à se replier sur eux-même, à faire leurs recherches dans leur coin, à ne plus vouloir faire des relevés systématiques. Nous croyons que ça serait une grande erreur, et au final contreproductif.

En généalogie comme ailleurs, le travail collectif, la coordination des actions, l’entraide sont essentiels.

Cela permet bien sur d’avancer plus vite dans sa généalogie mais aussi de s’enrichir des connaissances des autres sur l’histoire de nos régions, sur les métiers de nos ancêtres, sur les modes de vie dans les familles, sur la géographie de notre département, sur les coutumes, etc….

Alors profitez de la mise en ligne des archives de l’Aveyron pour lire avec bonheur et fébrilité les différents actes concernant vos ancêtres, mais profitez-en aussi pour apporter votre pierre à l’édifice, en faisant un relevé systématique qui sans nul doute permettra à un autre généalogiste de retrouver l’acte depuis si longtemps recherché.

Trouver et lire un acte concernant ses ancêtre est une réelle joie, mais croyez-nous, faire un relevé, permettre à un autre de trouver ce qu’il cherche procurent une toute aussi grande joie.

Les archives en ligne le 1er février

Publié par Le C.G.R. Le 29 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

internet-image-d-archives-10725062jqydu_1713

Jeudi 31 janvier 2013 à 16h30, Jean-Claude LUCHE, président du Conseil Général de l’Aveyron fera une conférence de presse au sujet de la mise en ligne des Archives de l’Aveyron, à Rodez dans les locaux des Archives.

Dans un premier temps, seuls les registres paroissiaux et l’état civil seront accessibles par Internet

Le site sera accessible pour tous le vendredi 1er février 2013.

Cette mise en ligne devrait faire le bonheur des généalogistes qui ont des recherches sur l’Aveyron et qui en sont éloignés. Reste à voir la qualité du site (fluidité, ergonomie, qualité, etc..)

Rappelons que l’Aveyron a été l’un des premiers départements français à numériser son état civil et ses registres paroissiaux, à une époque où il n’était pas envisageable de mettre cela en accès sur Internet.

L’Aveyron rejoint ainsi la longue liste des départements en ligne, nous pouvons que nous en réjouir.

Nous publierons d’autres articles sur ce sujet dès que nous en saurons plus, alors suivez-nous ici, sur Facebook ou sur Twitter.

Du Rouergue à l’Aubrac, Arnaud Millot

Publié par Le C.G.R. Le 21 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Capture

La généalogie amène souvent ceux qui se sont éloignés de la terre de leurs ancêtres à éprouver le besoin de mieux connaitre les lieux et les paysages où leurs aïeux vivaient.

Bien entendu pour cela ils peuvent se déplacer, et ils le font, mais ils ont également toujours un immense plaisir à entendre parler du « pays » à la télévision, à la radio, dans la presse, où à consulter sur Internet des sites avec comme sujet principal l’Aveyron.

Aujourd’hui, nous souhaitons vous en présenter un. Cela paraitra peut-être à certains hors-sujet, mais nous pensons qu’il comblera le plus grand nombre. Si nous vous en parlons, c’est tout d’abord parce qu’il est d’une grande qualité, qu’Arnaud Millot qui gère ce site et qui est le photographe est d’une gentillesse et d’un désintéressement admirables.

Nous laissons Jean-Michel Pailhories qui apprécie depuis des années le travail d’Arnaud Millot, évoquer son site et son travail : « Arnaud est le roi du choix de l’instant où la lumière va bien, résultat d’une patience infinie, d’une réflexion minutieuse et d’une observation ou la météo, la pluviométrie, la luminosité tiennent une place majeure. Il sait comme personne allier à la majesté des paysages, la vie, le taureau qui passe par là, la maison dans le lointain ou la silhouette de la petite église. Il maîtrise le traitement numérique de l’image et les corrections logicielles… (pour les mateurs, voir les conseils technique sur son site).

Avec tout ça, ses photos renouent avec la transparence brumeuse des arrières-plans de la Renaissance (j’avais comparé ses arrières-plans au sfumato) , ou l’œil porte loin mais dans un halo foré doré ou bleuté ou gris selon le sens qu’il veut donner à l’image. Et son esprit n’est pas au lucre, au commerce ou à la rentabilité….Bravo Arnaud! »

Le site d’Arnaud Millot, « Du Rouergue à l’Aubrac » – http://www.arnaudmillot.net

Relevés d’Auzits avant 1792

Publié par Le C.G.R. Le 18 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

L’église d’Auzits, très pittoresque, a été aménagée dans l’ancien château fort. A part les chapelles de style romano-gothique (Style de transition), l’église est antérieure au XIVème siècle. Le chœur est partagé par le retable de Saint-Maurice datant seulement du XVIIIème siècle

L’imposant retable qui orne le maître autel célèbre Saint-Maurice mais aussi Sainte-Anne associée à la Sainte Vierge, encore enfant à gauche et Sainte-Elisabeth associée à Saint-Jean-Baptiste à droite.

Au centre se trouve un tableau représentant Saint-Maurice portant une armure du Moyen âge, alors qu’il était un général romain. A côté du saint, à genoux, se trouve un chevalier de Malte qu’on reconnaît comme tel, à la croix qu’il porte sur sa poitrine. Le tableau et le retable en question tendent à confirmer que les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte avaient des droits sur l’église d’Auzits et non pas seulement, comme nous l’évoquerons après pour la chapelle de Saint-Jean de l’Hôpital.

La partie la plus ancienne de l’église d’Auzits, se trouve sous le chœur, à la salle Sainte-Anne. Par un couloir souterrain fort bien voûté, on pénètre une crypte ; il n’en existe que deux dans le département. Un pilier carré, flanqué de quatre colonnettes monolithes aux chapiteaux sculptés de feuillages ou d’entrelacs, soutient une voûte reposant sur quatre arceaux romans.; on songe immédiatement aux absidioles de la Basilique de Conques, construite de 1041 à 1052 et dont la crypte d’Auzits est contemporaine.

Autour de la place de l’église se trouve l’ancien presbytère, et un édifice carré assez imposant avec un petit clocheton sur le toit : c’est le Couvent des Sœurs de l’UNION. Il reste autour de l’église les vestiges des remparts.

Source :

Bulletin du CGR – Janvier 2013

Publié par Le C.G.R. Le 17 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Mon documentLe Bulletin du Cercle Généalogique du Rouergue va bientôt être expédié, en, voici le sommaire :

Sommaire :

  • Liste des nouveaux adhérents et changements d’adresse
  • Date à retenir
  • Compte-rendu Conseil d’Administration
  • Antenne Ile-de-France
  • Trois catégories d’affrairement (XIVe-XVIIe siècles), 2ère partie (J. Delmas)
  • La descendants naturelle du roi Louis XI (18e partie) (F. Cazals et G. Rigal-Saurel)
  • Cahier central : Les feusals de Ségur : Familles Boyer, Caminade, Cance et Vayssière (E. Rives)
  • Jean-Pierre Alaux, soldat de Napoléon (1805-1808) (J. Alaux)
  • Du Rouergue et des rouergats (J. Delmas)
  • Question-Réponse

de CASTELNAU, le maréchal oublié

Publié par Le C.G.R. Le 9 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Comme tous les mois, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue se réunira ce samedi 12 janvier 2013 à Paris (voir adresse et horaires ici).

proyart6Lors de cette réunion, Christian PRIEUR fera une conférence sur « de CASTELNAU, le maréchal oublié de la grande guerre« .

Noël Édouard Marie Joseph, « vicomte » de Curières de Castelnau (né le 24 décembre 1851 à Saint-Affrique, et mort le 19 mars 1944 à Montastruc-la-Conseillère, Haute-Garonne) est un général français, commandant d’armée et chef d’état-major du général Joffre durant la Première Guerre mondiale.

Conférence à Rodez le 9 janvier

Publié par Le C.G.R. Le 7 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le mercredi 9 janvier 2013, de 14h30 à 15h30, dans la salle de conférence du Centre Culturel, 25 avenue Victor Hugo à Rodez se tiendra un cours de paléographie : Les moulins à forge hydraulique

Figure1Suivi de 15h30 à 17h00 d’une conférence présentée par Paul TARRAL sur : Charles de Louvrié (1821-1894), ingénieur français, auteur du premier brevet décrivant un système de propulsion à réaction d’un engin volant plus lourd que l’air.

Programme de la présentation : sa vie, ses études, le contexte, son œuvre, ses brevets

Comme toujours, ce cours et cette conférence est en accès libre et gratuit

Aveyron-Pigüé, les descendants

Publié par Le C.G.R. Le 2 janvier 2013 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Aveyron-Pigüé, les descendants
Catherine Samson, Valentin Bécouze

484124_2698847845857_283888880_n4 décembre 1884 : une quarantaine de familles venues de France, toutes originaires de l’Aveyron, arrivent à Pigüé, dans la pampa argentine. C’est l’un de leurs compatriotes, Clément Cabanettes, qui les a convaincus de tenter l’aventure. Ils quittent tout, souvent en famille.

A Pigüé, ils vont créer une ville dont la particularité, aujourd’hui, est que l’on y enseigne le français à tous les écoliers. Mais qui sont les descendants de ces émigrants ? Que représente pour eux ce lien avec la France ? Qu’ils soient éleveurs, professeurs, président de chambre de commerce, commerçant, membres des sociétés françaises… ils témoignent de leur attachement à ces ancêtres qui ont, pour la plupart fui la misère.

Les auteurs

Après avoir exercé le métier de journaliste dans la presse quotidienne aveyronnaise, Catherine Samson rédactrice indépendante, collabore à des publications de collectivités locales, réalise des magazines aveyronnais et des livres régionaux.

Valentin Bécouze, étudiant à l’Ecole Supérieure d’Etudes Cinématographiques, à Paris, y a découvert la photographie, un art pour lequel il s’est pris de passion. Ce travail sur Pigüé est le premier de cette ampleur qu’il réalise.

Format 23 x 21 cm à l’italienne, broché, 144 pages largement illustrées.
Prix de vente public TTC : 29 euros (26 euros par souscription avant le 31 mars 2013) + Frais de port éventuels
Editeur : Editions de la Flandonnière

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.