Monday, July 16, 2018
branches

Sommaire du prochain Bulletin

Publié par Le C.G.R. Le 10 septembre 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Pour le numéro 78 de notre Bulletin à paraître en octobre, vous retrouverez bien sur les rubriques habituelles :

  • Dates à retenir
  • Nouveaux adhérents et changements d’adresse
  • Compte-rendu d’activités
  • Compte-rendu de l’Assemblée Générale par R. Meuly
  • Les Saints par M. Luxembourg
  • Paléographie : supplique pour une dispense de mariage par G. Rigal-Saurel
  • Les feux de la Saint-Jean (2e partie) par J. Delmas
  • La descendance naturelle du Roi Louis XI en Rouergue (13 ème partie) par Ph. Flamme
  • L’Atlas des paroisses du Rouergue, le retour et le jeu par J.-Y. Bou
  • Héritiers ou acquéreurs de la maison d’Armagnac par Ch. Meyzendi
  • Tentative d’explication d’une légende par J. Fages
  • La Du Rouergue et des rouergats par J. Delmas
  • Questions – Réponses
  • Généalogie Familles Destours, du Causse-de-La-Tieule et de Saint-Côme-d’Olt par J. Rossignol

Si vous êtes abonnés pour l’année 2011, vous recevrez ce bulletin sans avoir rien à faire, si vous n’êtes pas abonnés, vous pouvez commander ce numéro au prix de 7 euros suivant les modalités décrites sur cette page.

Naissances de Druelle (1838-1895)

Publié par Le C.G.R. Le 9 septembre 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Druèla

Le vieux chef lieu de ce territoire était Ampiac. Druelle est un centre récent.

Druelle, sur le passage du camin rodanés, chemin de Rodez à Villefranche, appartenait en 1171 à la famille de Saint-Paul. Bonnecombe y avait des droits.

Au XIIIe siècle, les La Barrière en étaient seigneurs. De la fin du XIIe au XVe siècle, les Rossinhol et les Bournazel, du Bourg de Rodez, en furent coseigneurs. Les Viguier (fin XVe siècle-1565) succédèrent aux Bournazel. Les Girard ou Guisard y eurent des droits (1520-1578).

Les Rossinhol se maintinrent jusqu’à la fin de XVIe siècle. Pierre Rodat receveur des décimes (impôts ecclésiastiques), acquit la terre avant 1614. En 1634, Guillaume Rodat y acheta une métairie à Jean Salvan, d’Espalion, qui l’avait reçue d’Antoine Salvan, architecte de la cathédrale de Rodez, son grand-oncle (et qui l’avait acquise en 1510).

Sainte-Emilie de Rodat naquit à Druelle le 6 septembre 1787.

Danielle Clamens a relevé les naissances de Druelle sur la période 1838-1895, et nous la remercions, comme Gilbert Cabanettes qui a assuré le traitement du fichier.

Relevé de notaires de Murols (1664-1802)

Publié par Le C.G.R. Le 8 septembre 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Il arrive parfois que des registres de notaires d’un département soient dans les archives d’un département voisin. C’est le cas ici avec ce relevé de notaires de Murols que André ROLFO a déniché aux archives du Cantal.

Comme il en a pris l’habitude, il a assuré le relevé de ces contrats de mariage, un ensemble de 549 contrats sur une période de 1664 à 1802.

Un grand merci à André pour cette trouvailles et pour ce relevé.

Généalogie de Robert Fabre

Publié par Le C.G.R. Le 23 août 2011 1 COMMENTAIRE

Robert Fabre surnommé le « petit pharmacien de Villefranche-de-Rouergue » en raison de sa profession est né à Villefranche le 21 décembre 1915. Il est décédé dans sa ville natale à l’age de 91 ans le 23 décembre 2006.

Il était l’un des signataires du programme commun de gouvernement en 1972. Il restera dans l’histoire de ce pays le « troisième homme » de l’Union de la Gauche aux côtés de François Mitterrand et de Georges Marchais. L’élégant et séduisant Robert Fabre était apparu dans le paysage politique suite à l’éclatement du Parti Radical.

Robert Fabre avait été maire de Villefranche-de-Rouergue, sa ville natale, de 1953 à 1983, député de l’Aveyron de 1962 à 1980 et présida le Mouvement des Radicaux de Gauche de 1972 à 1978. En 1981, il avait été nommé médiateur de la République, puis en 1986, une fois retiré de la vie politique, membre du Conseil constitutionnel.

Il est le fils de Georges Edmond Louis pharmacien de Villefranche-de-Rouergue et de Louise Alexandrine Renée Feille de Toulouse.

Quasiment toute son ascendance paternelle est aveyronnaise autour de Villefranche-de-Rouergue, Salmiech, Flagnac, Firmi, Comps-la-Grand-Ville, Viviez, Saint-Cyprien sur Dourdou.

Les noms de son ascendance aveyronnaise sont : ALBOUY, BRASSAT, CARCENAC, CAYRON, DE LAPLANIE, DISSAC, DONZAC, ENJALBERT, FABRE, FLAUGERGUES, MARTY, MAZEL, PARRA, PEYRUSSE, POUGET, PRADAL, RANDN, VERNHET

Vous trouverez sa généalogie sur cette page

Relevé de Goutrens

Publié par Le C.G.R. Le 27 juillet 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Goutrens a été rendu célèbre par le célèbre cinéaste aveyronnais Georges Rouquier est son diptyque : [W:Farrebique] et [W:Biquefarre] (du nom de deux lieux-dits de la commune).

L’esprit Rouquier sur le monde agricole

Farrebique, c’est l’histoire documentaire de la famille paysanne et des voisins de Georges Rouquier. C’est une chronique paysanne au cœur du Rouergue de l’après-guerre (1946). Rouquier revient voir 38 ans plus tard les protagonistes pour tourner le pendant de Farrebique. Ce sera, en 1983, Biquefarre, relatant par contraste la révolution agricole vécue en quatre décennies à Goutrens. Auréolé de succès internationaux pour ses films, Rouquier n’en a pas moins été un comédien et documentariste prolifique. La mémoire de l’homme qui s’est éteint en 1989 à l’âge de 80 ans méritait bien un musée aveyronnais, bien entendu ce musée est à Goutrens.

Une autre façon de mieux connaitre Goutrens, c’est de consulter le relevé de Christine Mogarra sur cette commune. Vous trouverez dans la base de données, les naissances (1799-1899), les mariages (1668-1899), et les décès (1799-1899) soit plus de 8000 actes.

Un grand merci à elle pour ce précieux travail.

Association Rouergue Pigué

Publié par Le C.G.R. Le 11 juillet 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Tout le monde ou presque connait les liens entre Pigué en Argentine et l’Aveyron.

Tout commença avec Clément Cabanettes qui fonda au début des années 1880 la ville de [W:Pigué].

Avec son compatriote François ISSALY, il réussit à convaincre une quarantaine de familles aveyronnaises de venir tenter leur chance dans la Pampa. Ces familles, environ 160 personnes, représentant de nombreux corps de métier, permirent le développement de Pigué.

Pigué conserve un lien très étroit avec l’Aveyron, nombreux sont les descendants d’aveyronnais à la recherche de leurs racines rouergates, et l’association Rouergue Pigué créée par Jean-Raymond Palous, alors maire de Saint-Côme-d’Olt, en 1984, 100 ans après l’arrivée des premiers aveyronnais en Argentine à pour but de maintenir des liens culturels, amicaux et familiaux entre les lointains cousins.

L’auteur de ces quelques lignes se souvient de la rencontre à Paris avec un descendant d’Aveyronnais, né à Pigué, qui parlait un excellent français, il écrivait même des poèmes en français.

Il avait fait le voyage jusqu’en France, pays des ses aïeux, il était parmi nous, il  en avait les larmes aux yeux. Débutant en généalogie je découvrais l’histoire incroyable de ces aveyronnais du bout du monde, et j’étais très ému de voir cette homme d’un certain âge touché rien qu’à l’évocation des ces ancêtres qui avaient fait le chemin inverse.

L’association Rouergue-Pigué qui œuvre depuis plus de 25 ans à conserver ces liens, et qui permet à ceux qui le souhaite de retracer leur histoire à partir de l’Aveyron à maintenant son site.

Que vous soyez ou non directement concernés par cette histoire nul doute que leur projet vous intéressera.

365 raisons d’aimer l’Aveyron

Publié par Le C.G.R. Le 6 juillet 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Nous parlons dans ces pages assez rarement d’autres sites, et celui que nous vous présentons aujourd’hui, même s’il n’aborde pas directement la généalogie, va surement susciter votre intérêt puisqu’il se donne comme objectif de vous faire découvrir 365 raisons d’aimer l’Aveyron

Quoi de mieux que de laisser son créateur vous le présenter plus complètement.

365 raisons d’aimer l’Aveyron est né d’un constat simple : qui est le plus à même de dévoiler les atouts de ce territoire hors du commun, si ce n’est les Aveyronnais et ceux qui ont décidé de vivre en Aveyron ?

Le terme de « terre de contrastes » revient régulièrement et en est presque devenu galvaudé. Et pourtant, aucun n’est plus approprié…
Du sud du département, proche du midi languedocien, au nord qui a le coeur presque auvergnat, en passant par l’Aubrac partagé avec la Lozère, ou l’ouest et son architecture assez ressemblante au Quercy, le Rouergue offre des paysages, des cultures, des personnalités variées qui ont toutes en commun leur terre.

365 raisons d’aimer l’Aveyron n’a qu’une ambition : vous faire aimer encore plus ce département en vous le présentant sous forme d’une mosaïque, d’une toile pointilliste, réalisée à partir de tout ce qui la compose et lui donne son caractère : lieux historiques peu connus, paysages à couper le souffle, personnalités hors du commun, entreprises originales, cuisine de pays, événements locaux.
Et comme une vie ne suffit pas pour tout découvrir, ce sont les internautes qui seront mis à contribution pour nous faire partager leurs secrets, leurs histoires d’amour.

Bon voyage !

http://www.365raisons.fr

Naissances de La Rouquette

Publié par Le C.G.R. Le 6 juillet 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Pays d’eaux et de bois, la Rouquette est un petit paradis pour les pêcheurs et les promeneurs, amateurs de découverte du sentier botanique et des sentiers de randonnée ouverts aux marcheurs, vététistes ou cavaliers ; les pèlerins cheminant vers Saint Jacques de Compostelle empruntent d’ailleurs souvent le GR proposé à cet effet.

Les visiteurs s’étonnent toujours du nombre de moulins anciens typiques de la région : sont à voir au fil de l’Aveyron des moulins à papier et autres ; est à visiter sur le Dassout près du bourg, le Moulin à roue horizontale de Castel, parfaitement restaurée qui produit encore l’été de la farine comme au 17ème siècle.

Théâtres d’affrontements au 14ème siècle avec les anglais, puis au 16e entre catholiques et [W:huguenots], beaucoup de hameaux offrent cependant encore le spectacle de magnifiques fours à pain et lavoirs entretenus par les associations locales, de même que les 3 églises éparpillées dans les villages. Celle de La Rouquette, campée près de la rivière depuis le 13ème siècle est rehaussée d’un clocher peigne, d’un porche à colonnes, de la coquille de Saint Jacques de Compostelle et de l’écusson de son bâtisseur : Antoine de Morlhon.

Du château de La Rouquettte il subsiste la tour, voisine du lavoir, tandis que celui d’Orlhonac domine la plaine depuis de 13ème siècle. Réaménagé vers 1830, il n’englobe plus l’église mais offre un paysage attrayant depuis les rives de l’Aveyron.
Si le château de La Bastide Capdenac a été détruit, évoqué aujourd’hui par son « champ du donjon », son mur d’enceinte est encore visible grâce à une association locale.

Source : http://www.larouquette.org

Grâce à Charles Dietsch et au travail de révision de Danielle Seimandi-Gennat, nous avons le plaisir de vous annoncer que les naissances de La Rouquette sur la période 1622-1899 sont maintenant inclus dans notre base de données.

Assemblée Générale 2011 Salles-Curan

Publié par Le C.G.R. Le 24 juin 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Les adhérents du Cercle Généalogique du Rouergue sont invités à participer à l’assemblée générale annuelle qui se tiendra à Salles-Curan le samedi 2 juillet 2011, avec le programme suivant :

  • A partir de 9 heures :
    Accueil des participants
  • 9 heures 30 :
    Ouverture de la séance
    Présentation des rapports d’activité, financier et d’orientation
    Proposition du règlement intérieur
    Discussion et questions diverses.
    Elections au Conseil d’Administration
  • 10 heures 45 :
    Conférence de Serge BORIES sur Eugène Viala
    Communication de Monsieur Jean DELMAS : Les feux de la Saint-Jean en Rouergue
  • 12 heures 30 :
  • Repas pris en commun au Restaurant « Le Relais du Boulet » à Salles-Curan
  • A partir de 14 heures 30 :
    Visite guidée du village, avec Romain MOLINIER

10 ans de l’Antenne Ile-de-France

Publié par Le C.G.R. Le 9 juin 2011 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Ils étaient une quarantaine ce samedi 21 mai 2011, réunis pour fêter les 10 ans de l’Antenne Ile–de-France du Cercle Généalogique du Rouergue. Quarante qui ont œuvré pour mener à bien ce projet et le maintenir. Tout d’abord, les pionniers Jean-Claude Loncke, Jean-Pierre Tranier, Danielle Gennat, Jean-Pierre Rouvellat, Pierre Ayral, Eric Felgines heureux de se retrouver et de mesurer le chemin parcouru.

Le 1er janvier 2001, le Conseil d’Administration du Cercle Généalogique du Rouergue donnait son feu vert à la création d’une antenne en Ile-de-France ; la même année premier contact avec la Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises et première réunion à la bibliothèque généalogique rue Turbigo à Paris.

Le 22 septembre 2001, la F.N.A.A. met à disposition, dans ses locaux, la salle qui deviendra la salle Solignac en présence de Thierry Pelat, Président du CGR et de Gérard Paloc, Président de la F.N.A.A., pour les réunions généalogiques.

Démarrent les premiers travaux : 2002 verra la publication de la « liste complémentaire des patronymes », les négociations avec le Conseil Général de l’Aveyron pour obtenir une copie des numérisations des registres de l’état civil et paroissiaux à Paris, fin 2003 le début des relevés systématiques qui seront édités et mis à disposition de tous, non seulement au Cercle et à l’Antenne Ile-de-France, mais aussi aux Archives Départementales de l’Aveyron.

Au second semestre 2003, le Conseil Général de l’Aveyron offre à la Commission Généalogique de la F.N.A.A., la totalité des numérisations des registres. Une poignée de bénévoles se mettent en chasse de matériel de réforme pour ouvrir au public une CDthèque, l’Antenne Ile-de-France du Cercle en assurant les permanences.

Puis ce fut la création du site et la mise en ligne des relevés au travers d’une base de données.

C’est aussi pour tous ces permanents bénévoles de la première heure que l’Antenne a fêté ses 10 ans, une manière de remercier tous ceux qui donnent sans compter et aiment à partager leur passion.

Les animateurs, les permanents, anciens et nouveaux, remercient chaleureusement le Conseil d’Administration du Cercle Généalogique du Rouergue qui leur a permis de se retrouver et de lever leur verre pour que vivent le Cercle et son Antenne Ile-de-France !

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.