Thursday, July 31, 2014

Baptêmes et Mariages de Sauveterre

Posté par Le C.G.R. On mars - 11 - 2013 ADD COMMENTS

2997-medium_SAUVETERRE_001001Sauveterre-de-Rouergue est au XIIIe siècle une ville nouvelle qui répond à une véritable politique d’urbanisation de l’époque.

Sous la tutelle du juge royal, la bastide s’édifie à la manière d’un lotissement : une place centrale, 9 ensembles de lots à bâtir avec pour chacun, un jardin doté d’un puits, 4 rues principales coupées par des rues traverses desservant les jardins.

D’origine essentiellement agricole, la population de la bastide se heurte à l’absence de terres à cultiver : le développement agricole devient impossible.

La bastide sera donc commerçante et administrative, aidée par les privilèges fiscaux octroyés par le roi. Petit à petit apparaissent des activités diverses : forge, coutellerie, chapellerie, draperie, boucherie… Arcades, échoppes et boutiques témoignent de l’effervescence économique de la ville.

Mais les pestes et les famines font fuir les habitants les plus riches vers des lieux plus préservés. Isolée sur un plateau entouré de ravins, Sauveterre s’immobilise à partir du XVIIIe siècle et reste à l’écart des grandes voies de communication.

À partir du milieu du XXe siècle, soutenues par les habitants soucieux de restaurer un patrimoine bâti de grande qualité, les équipes municipales successives misent sur une intégration progressive dans les circuits touristiques.

Stéphanie Barbey a assuré les relevés des Baptêmes et Mariages sur la période 1668-1805, et c’est très chaleureusement que nous l’en remercions.

Relevés de Privezac (1602-1805)

Posté par Le C.G.R. On mars - 11 - 2013 ADD COMMENTS

Grâce au travail de E. Restoueix et de M. Cadilhac, nous avons le plaisir de vous annoncer l’ajout dans notre base de données, des relevés de Privezac (Baptêmes, Mariages et Sépultures) sur la période de 1602 à 1802.

Nous les remercions sincèrement pour ces relevés qui nous en sommes sur, seront bien utiles au plus grand nombre.

Réunion de l’Antenne Ile-de-France

Posté par Le C.G.R. On mars - 11 - 2013 ADD COMMENTS

couvgene1Comme tous les mois, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue se réunira ce samedi 23 mars 2013 à Paris (voir adresse et horaires ici).

Lors de cette réunion, Sandrine HEISER, Chargée d’études documentaires, diplômée de l’École nationale des chartes, responsable de la politique des publics et de l’action pédagogique au Service historique de la Défense (SHD). Rédactrice en chef du site Internet du SHD, présentera une conférence “Votre ancêtre était une femme… à travers les archives militaires” (Il s’agit d’un chapitre de l’ouvrage que coécrit avec Vincent Mollet) .

Sandrine HEISER est également à l’initiative de la première journée du généalogiste qui s’est tenue au château de Vincennes en juin 2012. Sandrine Heiser a publié à cette occasion “Vos ancêtres à travers les archives militaires” en collaboration avec Vincent Mollet.

Conférence à Rodez le 6 mars

Posté par Le C.G.R. On mars - 1 - 2013 ADD COMMENTS

Le mercredi 6 mars 2013, de 14h30 à 15h30, dans la salle de conférence du Centre Culturel, 25 avenue Victor Hugo à Rodez se tiendra un cours de paléographie : Les scieries

Suivi de 15h30 à 17h00 d’une conférence présentée par Louis Codomier sur : “Loiseleur des Longchamps, destin d’un ingénieur géographe”.

loiseleur_mapLa conférence puisée dans le livre intitulé “Jacques François Loiseleur Deslongschamps (1747-1843)” retrace la vie d’un ingénieur géographe qui a participé entre 1770 et 1778 au lever de la carte de France de Cassini.

Venu de Dreux en Eure-et-Loir, le sommet de la montagne du Lagast en Rouergue fut le lieu privilégié de ses premières mesures géodésiques. Pour effectuer ses observations, la famille Boudou Antoine du Vitarel de Durenque, un hameau proche de cette montagne du Lagast, lui offrit l’hospitalité. Il la récompensa en épousant l’une de ses filles Marie-Jeanne en 1774. Il se rendit dans les Alpes et les Pyrénées pour y effectuer d’autres relevés géodésiques. Une fois ces mesures terminées, il trouva du travail comme ingénieur dans une usine de Bretagne puis il accompagna pendant 2 ans H. de Richeprey, ingénieur géographe, lorsque ce dernier parcourut la Haute Guyenne (Rouergue et Quercy) afin de vérifier les cadastres des communautés rurales.

Il abandonna par la suite son travail d’ingénieur pour avoir son épouse à ses côtés.

Survint la révolution de 1789, il fut régulièrement élu à des postes de responsabilité au district et surtout au directoire du département. Il fut un serviteur zélé de la révolution et de la république de 1789 à 1799. En 1792, il hébergea à la ferme du Vitarel le célèbre astronome Méchain qui mesura avec Delambre l’arc méridien compris entre Dunkerque et Barcelone dont un des plus beaux résultats fut d’établir la base du système métrique.

Après le coup d’état de Bonaparte en 1799, Deslongschamps traverse une partie de la période napoléonienne en tant que fonctionnaire des contributions directes. En 1808 il se retire dans son domaine de vigne à Puech Cani de Brousse-le-Château. Il ne se présentera plus à aucune élection. Mais il continuera à faire de la politique pour dénoncer les abus de la Convention du Directoire et de l’Empire et préconiser le retour à la monarchie légitimiste mise à mal en 1830.

Sa pratique religieuse mise en sommeil pendant la révolution se ravivera fortement tout au long des dernières années de sa vie. A 90 ans il invente un baromètre portatif type Torricelli que Grimal Alexis de Mazies de Broquies, son habile domestique et parent ira confectionner à Paris et le présentera en compagnie de l’abbé Ravailhe du petit séminaire de Belmont à François Arago directeur de l’Académie des Sciences.

Il meurt à Puech Cani en 1843 à l’âge de 96 ans peu de temps avant le décès de son épouse. Au cimetière de Saint-Cirice tout près de Brousse où ils ont été inhumés, une stèle a été érigée en son honneur et en l’honneur de son épouse.

Louis Codomier est un aveyronnais de Durenque. Docteur d’état de l’Université de Paris en 1972, il a ensuite gravi tous les échelons de la carrière universitaire jusqu’au poste de professeur titulaire de l’Université de Perpignan.

Louis a dirigé un laboratoire recherche en biologie et a publié 71 articles dans des revues scientifiques internationales dont certaines étaient de haut niveau.

Il a pris sa retraite à Durenque où son fils est vétérinaire, mais sa fibre de chercheur est toujours aussi tenace. Ainsi il continue ses recherches dans des domaines très différents dont l’histoire de son village le passionne énormément.

Comme toujours, ce cours et cette conférence est en accès libre et gratuit

Réunion de l’Antenne Ile-de-France

Posté par Le C.G.R. On février - 7 - 2013 ADD COMMENTS

Comme tous les mois, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue se réunira ce samedi 9 février 2013 à Paris (voir adresse et horaires ici).

JPDLors de cette réunion, Jean-Paul DESPRAT, historien, romancier et Docteur en droit, auteur de nombreux ouvrages dont :

  • Le Marquis des Eperviers
  • le Camps des Enfants de Dieu
  • Le secret des Bourbons
  • Paris, Fêtes et Lumières
  • Les bâtards d’Henri IV
  • Trois gouttes de vinaigre dans les saintes huiles
  • Gilles, la musique au temps du Roi Soleil
  • La Rose et le pourpre ou le cardinal de Bernis
  • La Belle Ambition
  • Les Enfarinés
  • etc..

Le thème de sa conférence : Le marquis de Valady, de la cour de Versailles à la Convention

Comment utiliser les archives en ligne ?

Posté par Le C.G.R. On février - 5 - 2013 5 COMMENTS

Après avoir été parmi les premiers à proposer de consulter ses archives numérisées… par achat de CD-ROM, l’Aveyron vient de passer à la vitesse supérieure en ouvrant son site de consultation gratuite.

Présentation réalisée par Geneanet (avec nos remerciements pour l’autorisation de réutiliser ce guide).

L’adresse du site des archives est la suivante : http://archives.aveyron.fr/

L’inscription est conseillée mais reste facultative. Depuis la page d’accueil on peut au choix cliquer soit sur “Généalogie” soit sur “Etat Civil, accès par communes“, un texte de présentation supplémentaire apparaissant sur le premier choix au lieu de la liste des communes sur le second.

ad12-1

 

Faire des recherches

Pour sélectionner votre commune, vous pouvez utiliser la liste qui apparaît à l’écran ou une carte.

ad12-2

 

Attention si vous utilisez la carte, cliquer sur la commune ne mémorise dans votre recherche que la commune avec son nom actuel, il n’y aura pas les lieux-dits ou noms anciens qui sont enregistrés tels quels.

Exemple : pour faire une recherche sur l’intégralité des registres de la commune de Sainte-Eulalie-de-Cernon, cochez bien les trois cases qui vous sont proposées sur la liste (si vous utilisez la carte, seule la première sera utilisée et vous aurez donc très peu de résultats).

ad12-7

Affinez ou non votre recherche : un tableau de résultat vous est proposé, contenant le nom de la commune (vous pouvez faire des recherches sur plusieurs communes en même temps), la cote, le type d’actes concernés, les dates extrêmes et un petit picto cliquable pour ouvrir la visionneuse d’images.

ad12-5

 

La visionneuse est d’un schéma très classique : au centre l’image, lors de votre première visite un avertissement sur la réutilisation des images vous est proposé. Lisez-le et acceptez les conditions proposées.

ad12-9

 

En haut à droite, le picto point d’interrogation vous permet d’obtenir de l’aide sur tous les boutons proposés. Il est suivi par un lien vers votre espace personnel puis le rappel de la cote du registre que vous consultez. Le “+” affiche un descriptif plus complet du registre.

ad12-11

 

Nous reproduisons l’aide ci-après :

ad12-12

 

Au pied de l’image, vous pouvez naviguer d’image en image ou en tapant le numéro d’image dans la case réservée.
Un clic sur l’un des deux boutons “Résultat” vous permet de passer au registre suivant sans avoir besoin de revenir au tableau de résultat, c’est un raccourci très pratique quand on fait des recherches à l’aveugle.

ad15

 

Espace personnel

Il est utilisable si vous vous êtes inscrit. Pour le moment, vous ne pouvez mémoriser que vos recherches grâce au bouton figurant sous le formulaire.

ad16

 

Pour consulter votre espace personnel ou modifier vos coordonnées, utilisez le lien tout en haut de la page.

ad17

Lors de nos tests, nous n’avons pas trouvé de possibilité de mémoriser des images ou de les indexer, cela est peut-être prévu pour une date ultérieure.

Bonnes recherches à tous !

Mur-de-Barrez et l’Espagne

Posté par Le C.G.R. On février - 5 - 2013 ADD COMMENTS

Nous vous présentons aujourd’hui deux ouvrages de Angèle Desrichard avec comme fond les liens entre l’Espagne et Mur-de-Barrez

SAM_4711Les “Espagnols du Barrez” est le recueil de nombreux documents concernant la présence barrézienne en Andalousie au 18e siècle et début du 19e.

Actes d’Etat Civil, demandes de passeports, actes notariés… donnent un aperçu de cette émigration importante et pourtant peu connue qui eut lieu à l’époque des grands bouleversements historiques tels que les passages de l’Ancien Régime à la Révolution puis à l’Empire. Epoque peu propice aux voyages sauf … pour les “Gabachos”.
Prix : 16 euros (+ port : 3 euros)

SAM_4712Marie de la Mercy V… “l’Espagnole” est le récit de la vie quelque peu surprenante d’une femme née d’un père français et d’une Andalouse qui, dans la mouvance de l’émigration barrézienne vers l’Espagne, quitta sa lumineuse Andalousie pour les terres austères du Nord Aveyron.
Prix : 10 euros (+ port : 2 euros)

Contacts : angele.desrichard@free.fr 

Conférence à Rodez le 6 février

Posté par Le C.G.R. On février - 4 - 2013 ADD COMMENTS

Le mercredi 6 février 2013, de 14h30 à 15h30, dans la salle de conférence du Centre Culturel, 25 avenue Victor Hugo à Rodez se tiendra un cours de paléographie : Les moulins à foulon

L'église de SegurSuivi de 15h30 à 17h00 d’une conférence présentée par Emmanuel RIVE sur : “Les Seigneurs et paysans de Ségur au Moyen-âge”. Chercheur, membre du CGR.

Le passé médiéval de Ségur bénéficie d’un éclairage exceptionnel, dû essentiellement à la conservation d’une grande partie des archives des notaires locaux, depuis le XIIIème siècle pour certaines pièces. Cette richesse documentaire permet d’illustrer deux aspects complémentaires de la société du Moyen-âge. Tout d’abord, à travers les évolutions de la châtellenie de Ségur, se dessinent les divers visages de la seigneurie médiévale : l’origine hypothétique, à partir d’une viguerie carolingienne, les partages entre coseigneurs, puis les regroupements et le rattachement final au domaine royal.

Quant aux paysans de la seigneurie, de toutes conditions, serfs, tenanciers ou métayers, ils sont présents à chaque page des archives anciennes de Ségur. Ils y apparaissent, non comme la masse laborieuse et indistincte que l’on présente habituellement, mais comme des individus bien différenciés, chacun avec ses intérêts, son destin, son histoire … Histoire qui se heurte aux grands bouleversements de cette fin du Moyen-âge : Peste noire, Guerre de cent ans ou guerres de religion.

Comme toujours, ce cours et cette conférence est en accès libre et gratuit

Les archives en ligne c’est maintenant !

Posté par Le C.G.R. On février - 1 - 2013 4 COMMENTS

bandeau_accueil

Voilà, c’est fait !!! La mise en ligne des archives (Etat Civil et Registres Paroissiaux) de l’Aveyron a été effectuée hier après-midi (31 janvier 2013) sur un portail entièrement dédié aux archives : http://www.archives.aveyron.fr

La numérisation des archives a été réalisé en 1994, et il s’agissait donc de “simplement” mettre tout cela en forme et en ligne. C’est chose faite et nous pouvons nous réjouir de la qualité du service offert et de sa gratuité.

La recherche des actes peut se faire par une liste des communes (préférable de passer par cette entrée plutôt que de taper une commune avec le risque de la mauvaise orthographe ou des variantes avec accents, abréviation etc..) ou par une carte interactive.

Il est a noté que le cadastre est a priori en cours de numérisation, et qu’il devrait être en ligne en 2014.

Merci à tous ceux aux archives, au Conseil Général qui ont oeuvrés a la réalisation de ce site, fait par la société Ligéo, créateur aussi du site des archives de la Lozère.

Archives en ligne contre relevés

Posté par Le C.G.R. On janvier - 31 - 2013 3 COMMENTS

Le 1er février 2013 restera pour les généalogistes amateurs ayant des recherches sur l’Aveyron comme une date importante. Ce vendredi les archives (Etat civil et registres paroissiaux dans un premier temps) seront disponibles pour tous en ligne.

Nous voyons déjà, ici où là, des gens remercier tous ceux, qui au fil des dernières années, ont réalisé des relevés systématiques des registres de naissances, décès et mariages, comme si la mise en ligne des archives sonnaient le glas des relevés systématiques.

escrime-clip-art_415183Nous pensons qu’il ne faut pas opposer les deux, il s’agit de deux choses totalement différentes mais complémentaires, et nous souhaitons beaucoup de courage aux chercheurs, pour trouver dans les milliers de pages des archives en ligne, un acte sans connaitre le lieu et la date de celui-ci.

Qui n’a jamais chercher pendant des mois, voire des années un acte sur une paroisse, une commune, alors que l’évènement recherché avait été célébré ailleurs ? Et puis un jour, ces informations (lieu et date) surgissent d’un relevé fait par un bénévole de telle ou telle association, faisant la preuve de la grande utilité des relevés systématiques.

La mise en ligne des archives va certainement pousser certains à se replier sur eux-même, à faire leurs recherches dans leur coin, à ne plus vouloir faire des relevés systématiques. Nous croyons que ça serait une grande erreur, et au final contreproductif.

En généalogie comme ailleurs, le travail collectif, la coordination des actions, l’entraide sont essentiels.

Cela permet bien sur d’avancer plus vite dans sa généalogie mais aussi de s’enrichir des connaissances des autres sur l’histoire de nos régions, sur les métiers de nos ancêtres, sur les modes de vie dans les familles, sur la géographie de notre département, sur les coutumes, etc….

Alors profitez de la mise en ligne des archives de l’Aveyron pour lire avec bonheur et fébrilité les différents actes concernant vos ancêtres, mais profitez-en aussi pour apporter votre pierre à l’édifice, en faisant un relevé systématique qui sans nul doute permettra à un autre généalogiste de retrouver l’acte depuis si longtemps recherché.

Trouver et lire un acte concernant ses ancêtre est une réelle joie, mais croyez-nous, faire un relevé, permettre à un autre de trouver ce qu’il cherche procurent une toute aussi grande joie.

Réalisé par website templates Boutons Paypal par Blog Expert