Wednesday, September 18, 2019
branches

C’est la rentrée !

Réunion animée par Danielle Seimandi-Gennat.

Plusieurs sujets seront abordés :

Compte rendu de l’AG du 6 juillet 2019 à Saint-Amans-des-Côts.

Quelques cas de généalogie.

Le point sur le site.

Le point sur les prochaines conférences.

L’ouvrage collectif « Patrimoine mémoriel 1914-1918 en Aveyron », notamment la présentation, le vocabulaire architectural, des anecdotes, etc.

La conférence « Les listes électorales en Aveyron au 19e siècle » n’était pas suffisamment avancée pour être présentée, elle est donc programmée pour janvier 2020.

La réunion dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 7 septembre 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Le bulletin N° 109 (juillet 2019) du Cercle Généalogique du Rouergue a été envoyé aux abonnés, début juillet 2019.

Vous trouverez dans ce bulletin les rubriques :

  • Dates à retenir.
  • Compte rendu du Conseil d’administration du 30 mars 2019, aux Planques (commune de Druelle).
  • Compte-rendu de l’Antenne Île-de-France.
  • J. Delmas : Les couteliers de Sauveterre (XIVe-XVIIe siècles). 2e partie/3 : les couteliers et leurs activités.
  • M. Vaissière  : La Révolution en Rouergue. Chemins et passages de troupes à Saint Bauséli-de-Lévésou, 2e épisode/3.
  • R. Duplan : Le général Béteille, un Aveyronnais méconnu.
  • C. Petit  :  Les noms révolutionnaires des communes de l’Aveyron.
  • J. Delmas, J.-L. Vernhes : Du Rouergue et des Rouergats.
  • E. Méjane, J. Poulet : Relevés pour vous.
  • Courriers des lecteurs.
  • Entraide : Questions/Réponses.
  • J. Poulet : Blasonnements.
  • Formulaire : Questions et adhésion.

Cahier central : 

F. Périer : Les Sahuquet de Sévérac-le-Château, 1re partie /2

Si vous passez dans la région millavoise, ne manquez pas de visiter l’exposition « l’Aveyron d’autrefois » organisée par la bibliothèque « L’île aux livres » et le Club des aînés ruraux nagassols.

Du 8 au 24 août 2019.

Lundi à samedi : 9 h 30 à 12 h  – Mardi et vendredi : 17 h à 19 h

Adresse :

Ancien presbytère, 61 avenue des Causse, 12 Aguessac.

L’exposition bénéficie de panneaux prêtés par le Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, d’une expo photos sous cadres de la Fédé 12 Générations Mouvement ainsi que de panneaux de la Médiathèque départementale sur les métiers d’autrefois. Deux artisans du village, aujourd’hui disparus, qui travaillaient la pierre pour l’un et le fer pour l’autre, ont été « nagassolisés ».

Pour voir l’affiche cliquez ici.

Jacques  MOULY, présentera une conférence « LES COLONIES PÉNITENTIAIRES D’ENFANTS » à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 15 juin 2019.

Le 5 août 1850 est promulguée la loi consacrant officiellement les colonies pénitentiaires agricoles. Ces colonies ou « bagnes d’enfants » vont, longtemps, être un sujet tabou et leur exploitation soulève, aujourd’hui, de nombreuses questions.

Combien d’enfants innocents, âgés de 5 (parfois moins) à 18 ans, ont été sacrifiés sous prétexte de les éduquer ? Comment des dirigeants de domaines agricoles ont-ils pu exploiter des enfants, jusqu’à la mort pour bon nombre d’entre eux ? Pourquoi des notables, des hommes de loi, des fonctionnaires municipaux ou chargés de l’application des peines, des médecins, des religieux, des enseignants qui les approchaient et aussi des agriculteurs ou des artisans du voisinage ont-ils fermés les yeux ? Pourquoi laisse-t-on mourir de faim, de maladie, de froid, de maltraitance, de manque d’hygiène, d’épuisement des enfants ? Il ne faut pas oublier que les gérants des colonies recevaient des aides (pour la nourriture et les soins) et percevaient le bénéfice du travail des jeunes, que faisaient-ils de ces revenus ? Quelques personnes se sont émues du sort réservé à ces enfants et ont réagi. Des colonies ont dû fermer ou adoucir le traitement réservé aux jeunes colons.

Le résultat de cette « éducation par le travail » a-t ‘il été celui escompté ?

N’oublions pas, qu’autrefois, les enfants travaillaient dès leur plus jeune âge et étaient aussi loués à des agriculteurs ou autres exploitants ou des artisans ou des familles plus aisées, en échange de nourriture, hébergement et d’un petit pécule.

Dans cette conférence, les colonies pénitentiaires des domaines de Pezet (Saint-Salvadou) et de Combelle (Sainte Radegonde) seront présentées. Il sera aussi évoqué les colonies de Mettray (Indre-et-Loire), Aniane et Vailhauquès (Hérault), Le Luc (Gard), de l’Ile du Levant au large du Cap Bénat (Var) et quelques autres.

Les jeunes aveyronnais étaient envoyés dans des colonies loin de l’Aveyron. L’Aveyron a « accueilli» les enfants venus d’autres départements et aussi du Constantinois.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 15 juin 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Des idées de lecture …

Publié par Le C.G.R. Le 22 mai 2019 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Dans la rubrique « Du Rouergue et des Rouergats » de chaque bulletin du Cercle Généalogique du Rouergue, vous trouvez des analyses d’articles ou d’ouvrages concernant la généalogie ou le Rouergue.

En supplément, uniquement sur notre site, nous vous proposons régulièrement des annonces relatives à des ouvrages basés sur l’histoire de l’Aveyron, la généalogie, la vie locale ou des Aveyronnais ayant eu une influence sur des hommes de lettres, des artistes, des scientifiques, etc… et des personnages ayant eu un lien avec l’Aveyron ou des Aveyronnais.

La sélection mai 2019

Les AMANTS de PRIVEZAC d’Yves CARCENAC.

Même s’il est romancé pour l’agrément de la lecture, ce récit d’une affaire criminelle relève de l’histoire locale aveyronnaise. Les dates, les lieux et les noms des personnages sont authentiques ; de plus, de très nombreuses recherches généalogiques ont été faites.

Pour plus d’informations cliquez ici.

 

 

 

Dominique GUIBERT, membre de la Société des Lettres Sciences et Arts de l’Aveyron, du Cercle Généalogique du Rouergue, du Cercle Généalogique de l’Aveyron et de la Société Archéologique du Rougier et des Avant Causses (Saint-Affrique) publie en octobre 2019, un ouvrage intitulé :

GENEALOGIES DES GENTILSHOMMES VERRIERS  DU HAUT-LANGUEDOC  (Tarn, Tarn-et-Garonne et Hérault)

Bon de souscription (cliquez  ici).

 

 

Jean MASSIEU (1772-1846) – Un GIRONDIN de SEMENS, 1er PEDAGOGUE SOURD-MUET

Christian Dumaitre (auteur auto-édité) prépare la biographie du 1er pédagogue sourd-muet qui enseigna, entre autres, à Paris (à l’Institut St Jacques – INJS) dès 1790, auprès de l’abbé Sicard son mentor, et termina sa vie à Lille/Ronchin, après avoir enseigné quelques années à Rodez.

Cet ouvrage paraîtra fin juin (150 pages); La couverture sera illustrée d’un portrait de Jean Massieu par Nancy Rourke, artiste Pi américaine qui exposera au Village Clin d’œil à Reims début juillet 2019.

Bon de souscription (cliquez ici).

 

UN FACTEUR PAS COMME LES AUTRES, un roman de Michel FABRE

« Intention de l’auteur

Si l’activité humaine sur le plateau de l’Aubrac s’est récemment transformée, ses monts d’origine volcanique que se disputent depuis des temps immémoriaux le Rouergue, l’Auvergne et le Gévaudan continuent d’offrir des grands espaces parmi les plus authentiques de l’Hexagone. Ses forêts de hêtres, ses pâturages, ses lacs naturels forment un paysage unique bien connu des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. Mais l’Aubrac a aussi un caractère bien trempé. Les étés y sont chauds et orageux, les hivers rudes. Pour vivre ici il faut avoir une solide constitution.

Ce roman est un double hommage. D’abord à cette terre d’exception qu’il est essentiel de protéger. Ensuite à des femmes et des hommes qui ont su s’y adapter et la respecter. La grande majorité d’entre eux sont éleveurs ou buronniers. Ces derniers s’occupent (jusque dans les années 70) du pâturage d’estive du bétail venu des vallées et des causses et fabriquent sur place le fromage.

Tout ici demande plus qu’ailleurs de la force, de la volonté et du courage. Il ne faut pas être un homme ordinaire pour passer 5 mois dans un buron, dans des conditions de vie très précaires, à travailler 16 heures par jour sans redescendre dans la vallée. Ni une femme ou un homme quelconque pour affronter ces hivers interminables qui vous bloquent parfois de longues semaines dans les maisons ensevelies sous la neige. Pourtant aussi rudes que soient ces conditions, il est un homme qui ne doit jamais baisser les bras car il est le dernier lien entre tous ceux d’ici et le reste du monde, c’est le facteur. Il livre le courrier à pied en toutes saisons. 35 kilomètres de bois, de pâture et de chemins caillouteux c’est difficile à la belle saison, en hiver quand la neige ennoie tout le plateau sous un épais drap blanc cela tient de l’exploit.

Aujourd’hui les hivers sont moins rigoureux, (doit-on s’en réjouir ?) les vaches montent encore des vallées et des causses pour se nourrir l’été de l’herbe grasse du plateau mais les burons, ces laiteries d’estives, eux ont fermé. Le facteur a toujours un rôle important bien sûr mais il se déplace en voiture et ne rend plus les services d’autrefois.

Quelques derniers habitants à avoir connu l’Aubrac tel qu’il était encore il n’y a pas si longtemps ont encore l’esprit clair et une mémoire sans faille. L’auteur les a rencontrés et longuement interrogés pour écrire cette fiction très réaliste. »

BONNE LECTURE !

 

Le Saint-Loupien Michel Comby, membre du conseil d’Administration du Cercle Généalogique du Rouergue, propose une visite de Saint-Leu-la-Forêt, le 6 juin 2019 (voir bulletin d’inscription).

Il vous fera découvrir cette ancienne seigneurie des Montmorency puis des Condé. Au début du 19e siècle, Louis Bonaparte, frère de Napoléon 1er s’y installa avec son épouse la reine Hortense. Il est enterré avec deux de ses fils dans l’église de Saint-Leu.

Les inscriptions seront prises pendant la réunion de l’antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue, le samedi matin 18 mai 2019. Si vous ne pouvez pas être présent, merci de contacter par mail le C.G.R. (cgr@genealogie-rouergue.org) qui informera l’organisateur et vous donnera les coordonnées pour envoi de l’inscription et du chèque.

Il n’y a que 25 places. Les inscriptions prises samedi matin 18 mai auront la priorité. Seules les inscriptions accompagnées du chèque de règlement du repas seront prises en considération.

Cliquez ici pour obtenir le bulletin d’inscription.

Eric Felgine, présentera une conférence « QUERELLES EN CARLADEZ » à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 18 mai 2019.

Notre histoire va voir l’affrontement de Maître François-Michel Desistrières, Lieutenant Général civil & criminel au Bailliage et Siège d’appeaux de Vic sur Cère, et Maître Antoine Rongier, notaire audit Vic.

Cette histoire commença par le prêt «malheureux» de minutes notariales et se termina, deux décennies plus tard, devant le Grand Conseil du Roi après avoir fait une partie du tour de France des tribunaux (Aurillac, Clermont-Ferrand, Paris, Rodez et Versailles).

Cette intrigue se déroule pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle et verra sous l’Empire un dernier rebondissement !

Les origines familiales d’Eric Felgines et sa passion pour la généalogie l’ont conduit, tout naturellement, à s’intéresser au « Carladez ». Le Carladez se situe dans le centre-ouest du Massif Central. Il couvre la pointe nord de l’Aveyron et quelques communes du Cantal.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUITdébute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 18 mai 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Le Cercle généalogique du Rouergue -Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite à une conférence, le jeudi 18 avril 2019 à 14 h :

« Espalion fin XIXe et début du XXe siècle : un parcours iconographique » par Monique DUGUÉ-BOYER et René ANDRIEU

Ce parcours est l’occasion de replacer l’évolution urbaine d’Espalion à une période riche en transformation, la ville est alors sous-préfecture. Photos, cartes anciennes, documents d’archives permettent d’évoquer “ les travaux et les jours “, un quotidien replacé dans son contexte. La mémoire visuelle est importante à sauvegarder, les apports particuliers de la photo pourront être soulignés au cours de la présentation.

Ces derniers siècles sont riches de transformations qui nous touchent directement, des bouleversements s’y amorcent, nous en avons rapidement oublié les débuts ; ce parcours commenté à deux voix est l’occasion de retrouver la réalité de ces temps somme toute assez proches.

Monique Dugué-Boyer

Après avoir enseigné à Ste Procule à Rodez, est toujours enseignante mais à Paris depuis 30 ans. Après avoir repris le chemin universitaire pour un master d’histoire de l’art à Montpellier sur l’architecte André Boyer (1882-1953), elle élargit la recherche sur les « Architectes départementaux de l’Aveyron 1820-1952 » dans le cadre d’une thèse à Toulouse Jean Jaurès, avec pour directeur de recherche Jean Nayrolles (originaire d’Espalion) (école doctorale TESC / Temps-Espaces- Sociétés- Cultures) du laboratoire : France Amériques Espagne).

René Andrieu est archiviste du diocèse de Rodez.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron ;

thème « L’évolution de l’écriture dans les actes de la pratique ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Le bulletin N° 108 (avril 2019) du Cercle Généalogique du Rouergue a été envoyé aux abonnés, début avril 2019.

ERRATUM

Arbre des Tredolat – Dessin de jacques Poulet

Dans le n. 108 du Bulletin du Cercle Généalogique du Rouergue (avril 2019) , une malencontreuse manipulation chez notre imprimeur a décalé le tableau réalisé par Jacques Poulet en page 2 de couverture : Arbre des Tredolat, le rendant incohérent.

Ne pouvant inclure dans un prochain numéro du bulletin le tableau rectifié, pour des contraintes de pagination et d’envoi postal, voici le tableau tel qu’il aurait du paraître.

Nous vous prions de nous excuser pour ce dysfonctionnement.

 Le comité de rédaction du Bulletin         

Vous trouverez dans ce bulletin les rubriques :

  • Dates à retenir
  • Comptes-rendus des conférences tenues à Rodez au Centre culturel départemental.
  • Comptes-rendus de l’Antenne Île-de-France.
  • A. Venturini :Petit glossaire autour de l’écriture.
  • J. Delmas : Des professions, facteurs d’identités collectives ? – Les couteliers de Sauveterre.
  • M. Vaissière La Révolution en Rouergue. Chemins et passages de troupes à Saint Bauséli-de-Lévésou.
  • M.-L- Jeunet, J. Rigal,
  • Y. Schall,
  • D. Seimandi-Gennat     :  Histoire de deux forçats aveyronnais transportés vers des bagnes coloniaux.
  • J. Delmas, J.-L. Vernhes : Du Rouergue et des Rouergats.
  • E. Méjane, J. Poulet : Relevés pour vous.
  • Entraide : Questions/Réponses.
  • J. Poulet : Blasonnements.
  • Formulaire : Questions et adhésion.

Cahier central : 

Emile Méjane – Jacques Poulet : Famille Tredolat

Compléments généalogiques : Famille Lamic

Irène Mainguy, auteur du livre « Retrouver un ancêtre franc-maçon », présentera une conférence sur les sources généalogiques liées à la franc-maçonnerie à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 13 avril 2019.

« Trois points qui suivent une signature ? Un compas et une équerre gravés sur une tombe ? Une écharpe chargée de symboles maçonniques retrouvée dans le grenier familial ? … Il n’en faut pas plus pour que le généalogiste se pose des questions l’ancêtre concerné : n’était-il pas franc-maçon ? Comment en savoir plus ? » (Extrait de la 4e de couverture du livre d’Irène Mainguy « Retrouver un ancêtre franc-maçon », collection Guides de généalogie, éditeur Archives & Cultures – Paris 15e)

Irène Mainguy fut responsable de la bibliothèque du Grand Orient de France durant 21 ans.. Elle est l’auteur de plusieurs livres sur le symbolisme qui font autorité. Elle a depuis trente ans une grande expérience de la recherche généalogique.

La réunion-conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récents, suivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h environ, est programmée la conférence  environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 13 avril  2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.