Thursday, July 18, 2019
branches

Jacques  MOULY, présentera une conférence « LES COLONIES PÉNITENTIAIRES D’ENFANTS » à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 15 juin 2019.

Le 5 août 1850 est promulguée la loi consacrant officiellement les colonies pénitentiaires agricoles. Ces colonies ou « bagnes d’enfants » vont, longtemps, être un sujet tabou et leur exploitation soulève, aujourd’hui, de nombreuses questions.

Combien d’enfants innocents, âgés de 5 (parfois moins) à 18 ans, ont été sacrifiés sous prétexte de les éduquer ? Comment des dirigeants de domaines agricoles ont-ils pu exploiter des enfants, jusqu’à la mort pour bon nombre d’entre eux ? Pourquoi des notables, des hommes de loi, des fonctionnaires municipaux ou chargés de l’application des peines, des médecins, des religieux, des enseignants qui les approchaient et aussi des agriculteurs ou des artisans du voisinage ont-ils fermés les yeux ? Pourquoi laisse-t-on mourir de faim, de maladie, de froid, de maltraitance, de manque d’hygiène, d’épuisement des enfants ? Il ne faut pas oublier que les gérants des colonies recevaient des aides (pour la nourriture et les soins) et percevaient le bénéfice du travail des jeunes, que faisaient-ils de ces revenus ? Quelques personnes se sont émues du sort réservé à ces enfants et ont réagi. Des colonies ont dû fermer ou adoucir le traitement réservé aux jeunes colons.

Le résultat de cette « éducation par le travail » a-t ‘il été celui escompté ?

N’oublions pas, qu’autrefois, les enfants travaillaient dès leur plus jeune âge et étaient aussi loués à des agriculteurs ou autres exploitants ou des artisans ou des familles plus aisées, en échange de nourriture, hébergement et d’un petit pécule.

Dans cette conférence, les colonies pénitentiaires des domaines de Pezet (Saint-Salvadou) et de Combelle (Sainte Radegonde) seront présentées. Il sera aussi évoqué les colonies de Mettray (Indre-et-Loire), Aniane et Vailhauquès (Hérault), Le Luc (Gard), de l’Ile du Levant au large du Cap Bénat (Var) et quelques autres.

Les jeunes aveyronnais étaient envoyés dans des colonies loin de l’Aveyron. L’Aveyron a « accueilli» les enfants venus d’autres départements et aussi du Constantinois.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 15 juin 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Eric Felgine, présentera une conférence « QUERELLES EN CARLADEZ » à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 18 mai 2019.

Notre histoire va voir l’affrontement de Maître François-Michel Desistrières, Lieutenant Général civil & criminel au Bailliage et Siège d’appeaux de Vic sur Cère, et Maître Antoine Rongier, notaire audit Vic.

Cette histoire commença par le prêt «malheureux» de minutes notariales et se termina, deux décennies plus tard, devant le Grand Conseil du Roi après avoir fait une partie du tour de France des tribunaux (Aurillac, Clermont-Ferrand, Paris, Rodez et Versailles).

Cette intrigue se déroule pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle et verra sous l’Empire un dernier rebondissement !

Les origines familiales d’Eric Felgines et sa passion pour la généalogie l’ont conduit, tout naturellement, à s’intéresser au « Carladez ». Le Carladez se situe dans le centre-ouest du Massif Central. Il couvre la pointe nord de l’Aveyron et quelques communes du Cantal.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUITdébute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 18 mai 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Le Cercle généalogique du Rouergue -Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite à une conférence, le jeudi 18 avril 2019 à 14 h :

« Espalion fin XIXe et début du XXe siècle : un parcours iconographique » par Monique DUGUÉ-BOYER et René ANDRIEU

Ce parcours est l’occasion de replacer l’évolution urbaine d’Espalion à une période riche en transformation, la ville est alors sous-préfecture. Photos, cartes anciennes, documents d’archives permettent d’évoquer “ les travaux et les jours “, un quotidien replacé dans son contexte. La mémoire visuelle est importante à sauvegarder, les apports particuliers de la photo pourront être soulignés au cours de la présentation.

Ces derniers siècles sont riches de transformations qui nous touchent directement, des bouleversements s’y amorcent, nous en avons rapidement oublié les débuts ; ce parcours commenté à deux voix est l’occasion de retrouver la réalité de ces temps somme toute assez proches.

Monique Dugué-Boyer

Après avoir enseigné à Ste Procule à Rodez, est toujours enseignante mais à Paris depuis 30 ans. Après avoir repris le chemin universitaire pour un master d’histoire de l’art à Montpellier sur l’architecte André Boyer (1882-1953), elle élargit la recherche sur les « Architectes départementaux de l’Aveyron 1820-1952 » dans le cadre d’une thèse à Toulouse Jean Jaurès, avec pour directeur de recherche Jean Nayrolles (originaire d’Espalion) (école doctorale TESC / Temps-Espaces- Sociétés- Cultures) du laboratoire : France Amériques Espagne).

René Andrieu est archiviste du diocèse de Rodez.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron ;

thème « L’évolution de l’écriture dans les actes de la pratique ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Irène Mainguy, auteur du livre « Retrouver un ancêtre franc-maçon », présentera une conférence sur les sources généalogiques liées à la franc-maçonnerie à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 13 avril 2019.

« Trois points qui suivent une signature ? Un compas et une équerre gravés sur une tombe ? Une écharpe chargée de symboles maçonniques retrouvée dans le grenier familial ? … Il n’en faut pas plus pour que le généalogiste se pose des questions l’ancêtre concerné : n’était-il pas franc-maçon ? Comment en savoir plus ? » (Extrait de la 4e de couverture du livre d’Irène Mainguy « Retrouver un ancêtre franc-maçon », collection Guides de généalogie, éditeur Archives & Cultures – Paris 15e)

Irène Mainguy fut responsable de la bibliothèque du Grand Orient de France durant 21 ans.. Elle est l’auteur de plusieurs livres sur le symbolisme qui font autorité. Elle a depuis trente ans une grande expérience de la recherche généalogique.

La réunion-conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récents, suivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h environ, est programmée la conférence  environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 13 avril  2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Le Cercle généalogique du Roeurgue -Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite à une causerie-diaporama, le jeudi 21 mars à 14 h :

« Histoire et petites histoires du suffrage universel  » par Roger Lajoie-Mazenc.

 A deux mois des élections européennes, à un an des municipales, Roger Lajoie-Mazenc donnera jeudi 21 mars à 14h00, au Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo à Rodez, une conférence intitulée « Histoire et petites histoires du suffrage universel en Aveyron ». Un titre qui donne à penser que l’auteur, réputé pour sa connaissance de la politique aveyronnaise à laquelle il a consacré plusieurs ouvrages, jonglera avec le sérieux et l’anecdotique en prenant ses repères chez nous.

Le suffrage universel, qui mit si longtemps à devenir véritablement… universel, a t-il encore un avenir ? La question planera, sans nul doute, sur le discours à la lumière notamment des événements qui balancent entre gilets jaunes et grand débat. Une actualité brûlante attise cette vie démocratique sensée cultiver une bonne pratique du suffrage universel. Mais est-ce bien le cas ? Il est bon d’avoir des repères quand tout tourne autour de soi….

Roger Lajoie-Mazenc, journaliste honoraire, officier des Palmes académiques, médaillé militaire, médaillé d’or de l’engagement associatif, est l’auteur de 26 ouvrages de référence dont la grande majorité consacrés aux comportements politiques et sociaux de l’Aveyron. Non content d’avoir beaucoup écrit, et communiqué en conférences, sur le sujet, il a exercé sur le terrain, en qualité de maire et de vice-président de communauté de communes. Autant dire qu’il est vacciné ! Ses confrères ont écrit de lui qu’il est le porte-plume de la République ou encore le politogue de l’Aveyron.

 Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron ;

thème « L’évolution de l’écriture dans les actes de la pratique ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo, 12000 Rodez

Entré libre

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue -histoire et généalogie en Aveyron- propose, le samedi 16 mars 2019, une conférence de Jean Claude BERCU.

 « On affirme souvent que les églises chrétiennes sont orientées, c’est-à-dire tournées vers l’orient. Est-ce toujours le cas ? Quelles traditions millénaires sont à l’origine de l’orientation de nos églises ? Les mosquées et les synagogues sont-elles également orientées ? Les phénomènes lumineux qui se produisent dans certaines églises à des moments précis de l’année sont-ils le fruit du hasard ou une volonté des bâtisseurs s’appuyant sur des connaissances astronomiques profondes ? Et quid des églises du Rouergue ? »

Jean-Claude Berçu est passionné par l’astronomie, il a adhéré à la Société astronomique de France en 1986. Il est membre de la Commission des cadrans solaires et de la Commission histoire de l’astronomie qu’il préside. Il participe également à l’animation de la bibliothèque de la SAF. Un de ses sujets d’étude est l’archéoastronomie : comment nos lointains ancêtres établissaient des relations entre les phénomènes célestes et leurs croyances et comment ces relations se sont traduites dans les vestiges qu’ils nous ont laissés. »

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUITdébute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 16 mars 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Le Cercle généalogique du Roeurgue -Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite à une conférence, le jeudi 21 février à 14 h :

« Grandes croix de fer forgé du XVIIIe siècle en pays de Bédène attribuées à Jean Bouldoires d’Alpuech » par Philippe Ajalbert.

Originaire de Florentin la Capelle, l’auteur Philippe Ajalbert, réalise une monographie de sa commune en 1999. Ce recueil historique sera amendé d’un nouveau volume en 2009. Entre-temps, il réalise le scénario d’une bande dessinée, Alban de Montcausson, sur un dessin de William Maury.

En 2018, sort de l’imprimerie Rigal d’Espalion, un opuscule sur les Grandes croix de fer forgé du XVIIIème  siècle en pays de Bédène attribuées à Bouldoires Jean d’Alpuech.

Alors que la fin des Capétiens s’annonce en Rouergue, au nord du Lot, sur les plateaux et dans les vallées de la Viadène, autrefois appelée Bédène, un forgeron d’Alpuech  œuvre. Dans de nombreuses paroisses de cette contrée, Jean Bouldoires érige de grandes croix de fer forgé.

Alors, enfonçons-nous dans ces hautes-terres, sur les traces de ce maréchal-ferrant, qui nous a laissé ces magnifiques monuments, souvenirs de la  passion du Christ.

 

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron ;

thème « L’évolution de l’écriture dans les actes de la pratique ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 9 février 2019, une conférence de Marguerite JULIA :
« Que Diable allait-on faire sur ces canonnières ? ».

Campagne du « Tonquin » 1884-1886

D’après le journal du capitaine de la Mutine Adolphe Hallez

« Qui ne s’est pas posé la question de ce que pouvaient être allé faire nos ancêtres sur cette terre éloignée d’Asie ? Pour quelle raison avons-nous envoyé tant de soldats au « Tonquin » ? Pourquoi Dien Bien Phu est encore ancrée dans nos mémoires alors que l’origine et les raisons de notre présence là-bas sont totalement oubliées ?

En écrivant les mémoires de mon arrière-grand-père et suite à des recherches historiques, j’ai pu répondre à cette question. Mais y ai-je vraiment répondu alors que mon aïeul lui-même se demandait pourquoi tous ces soldats français allaient mourir de maladie sous ce climat humide qui n’est pas le leur où décapités par un peuple impitoyable, les Chinois, sans avoir toujours la reconnaissance méritée.

Jour après jour, Adolphe Hallez, homme de devoir, obéit et œuvre à la colonisation de ce pays. Pourtant, il se demande chaque jour un peu plus ce qu’il fait là, et si les hommes qui les dirigent ne pensent pas plus à leur gloire personnelle qu’à l’intérêt général.

C’est un témoignage humain et juste que ce capitaine, devenu amiral à la fin de sa vie, écrit en 1910 d’après son journal de bord, les rapports officiels et les lettres écrites à sa femme. Témoignage qui valait la peine que je travaille trois ans durant pour le révéler au public. »

A propos de l’auteur

« Quand à 7 ans on lui posait cette question sempiternelle des adultes aux enfants : « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » La petite Marguerite répondait inlassablement « Écrivain ». Les adultes alors, riaient de son ambition. Ce n’est pas pour autant qu’elle a cessé d’écrire. Poèmes, pièces de théâtre, nouvelles, qu’elle a fait ou non lire à ses proches. Devenue professeur de français après une maîtrise de Lettres Modernes à la Sorbonne, elle abandonne un jour l’école pour devenir professeur de théâtre. Ce livre-là, elle l’a écrit suite à une promesse faite à sa grand-mère. Promesse tenue. »

Les ascendants paternels de Marguerite JULIA sont originaires de la région de Najac.

Antoine Adolphe HALLEZ  (1848 – 1923).
Né le 2 août 1848 à METZ (Moselle) – Décédé le 4 décembre 1923 à PARIS (Seine).

Entre dans la Marine en 1864 (port BREST).
Chevalier de la Légion d’Honneur, le 18 janvier 1881.
Au 1er janvier 1886, (nomination du 3 août 1884), Commandant la chaloupe-canonnière « MUTINE », Division navale du TONKIN (Jean DE LA BONNINIÈRE DE BEAUMONT, Cdt la division). 
Contre-amiral le 23 mai 1908. »

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 9 février 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Le Cercle généalogique du Rouergue vous invite le jeudi 17 janvier 2019 à 14h. à une conférence :

Le Général BETEILLE, un Aveyronnais méconnu par Raymond DUPLAN

Né à Rodez le 7 août 1763, Jean-Alexis BETEILLE sert, successivement, au régiment de Berri cavalerie (1782), dans la garde nationale de Rodez (1790), le 2e bataillon de volontaires de l’Aveyron (1792), la 56e demi-brigade de bataille (1794), la 85e demi-brigade d’infanterie de ligne (1796), le 22e escadron de gendarmerie (1802), le 4e escadron de gendarmerie d’Espagne (1809), la 1re légion de gendarmerie d’Espagne (1811), la 4e colonne mobile (1813) et la 1re division militaire (1815).

Pour ses nombreuses actions d’éclat dans ces différentes campagnes, il est récompensé par la croix de chevalier (1804), d’officier (1813) et de commandeur (1814) de la Légion d’honneur, la croix de chevalier de Saint-Louis (1814) et le titre de chevalier de l’Empire.

Mort à Paris le 13 février 1847, il est inhumé, dans un premier temps, au cimetière du Père-Lachaise dans le 20e arrondissement de la capitale puis, dans un second temps, au cimetière de Rodez le 23 octobre 2009.

Raymond Duplan, délégué national pour la Gendarmerie Impériale, de l’Association pour la Conservation des Monuments Napoléoniens.

Issu d’une vieille famille provençale, Raymond Duplan, né le 3 juillet 1952, s’est passionné pour l’Histoire de France à 8 ans, a commencé à lire la revue Historama à 12 ans, puis a fréquenté la bibliothèque municipale de Rodez à 13 ans, les archives départementales de l’Aveyron à 14 ans et les archives militaires de Vincennes à 23 ans.

En 1978, il a été nommé, après concours, conservateur du musée de la gendarmerie à l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale de Melun ; en 1992, il a obtenu le certificat technique du 2e degré d’archiviste documentaliste, délivré par le chef du Service Historique de l’Armée de Terre.

En 2000, il a occupé les fonctions de chef de la cellule « traditions » au Service Historique de la Gendarmerie Nationale à Maisons-Alfort et, en 2009, celles de chef de la cellule « commémorations » à la Délégation au Patrimoine Culturel de la Gendarmerie à Vincennes.

Après 47 ans de services, il est admis à la retraite en 2016 ; actuellement, il appartient à onze associations et il est « délégué aux commémorations » pour quatre d’entre elles dans le département de l’Aveyron.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron ; thème : « L’évolution de l’écriture dans les actes de la pratique ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 12 janvier 2019, une conférence de Jérôme MALHACHE :
« Les généalogistes et la guerre de 1870 ».

L’Allemagne et la France se sont affrontées à trois reprises en l’espace d’à peine soixante-dix ans, le temps d’une vie d’homme. La monstruosité des deux guerres mondiales a quelque peu effacé de la mémoire collective le premier de ces affrontements, la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Pourtant ces six mois de guerre ont eu un impact considérable sur nos ancêtres, combattants ou non-combattants. Les archives, mais aussi divers témoignages, nous aident à reconstituer les parcours au cœur de la tourmente.

Jérôme Malhache est généalogiste professionnel, expert dans la reconstitution de l’histoire des familles, spécialiste des questions militaires et de leurs archives . Il collabore régulièrement à la Revue française de généalogie et y anime des sessions de formation. Conférencier, il est l’auteur des guides de recherche : « Retrouver un ancêtre soldat de la Révolution ou de l’Empire » et « Retrouver un combattant de la guerre de 1870 ».

 

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 12 janvier 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.