Sunday, January 26, 2020
branches

Le Cercle Généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite, à une conférence proposée par  M. Jacques MIQUEL :

Dieudonné de Gozon et la légende du Dragon de Rhodes

S’il est une famille rouergate du sud Aveyron dont le nom reste étroitement lié aux chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, appelé Ordre de Malte plus tard, c’est bien celle des Gozon et en particulier du plus célèbre d’entre eux : Dieudonné de Gozon, grand maître de l’ordre des Hospitaliers au milieu du XIVe siècle. L’action en Orient, à Rhodes, du grand maître rouergat est bien connue : réorganisation intérieure de l’ordre auquel il procédera pendant les sept années de son magistère, mais aussi lutte contre les Turcs.

Mais le nom de Gozon reste surtout attaché à la fameuse légende du dragon qui terrorisait alors l’île de Rhodes et que Dieudonné, alors simple chevalier tuera par la ruse mais aussi par son courage du moins telle qu’elle nous est relatée.

Qu’en est-il exactement de cette légende qui curieusement associe un animal fantastique né de l’imaginaire médiéval, au très sérieux ordre des Hospitaliers ? Elle avait tant frappé les esprits qu’on la racontait encore au siècle dernier chez les Turcs de Rhodes ! Le souvenir des Gozon est toujours présent dans le Sud-Aveyron au château de Gozon, à Saint-Victor et Melvieu, au château de Mélac ainsi qu’à Millau, mais aussi à Rhodes bien sûr et à Paris où se trouvent les restes de la pierre tombale de Dieudonné de Gozon.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Alain Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron, thème 

« Une source méconnue : les archives des paroisses des anciens diocèses de Rodez et de Vabres (Sous-série 9G) ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Danielle Seimandi-Gennat, vice-présidente du Cercle Généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron- vous propose une causerie :

« Elections et listes électorales au 19e siècle en Aveyron ».

Si aujourd’hui, tout Français majeur a le droit de vote sans distinction de sexe, d’origine, de religion ou d’idéaux politiques, ce ne fut pas le cas au 19e siècle.

Pour mémoire, les départements, les districts (supprimés en 1795), les cantons et les communes ont été créés par décret le 22 décembre 1789. Près de deux ans furent nécessaires pour organiser des élections. En 1800, les arrondissements sont créés.

De 1800 à 1884, les modalités électorales changent régulièrement. Cette présentation vous proposera un aperçu des différents systèmes électoraux et les documents que l’on peut trouver dans les archives départementales.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la causerie (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Le Cercle Généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite, à une conférence proposée par M. Jean DELMAS

« Les PONTS du BASSIN ROUERGAT du TARN, ANTÉRIEURS à 1800 ».

 

Jean Delmas, est ancien directeur des Archives départementales de l’Aveyron, fondateur du musée du Rouergue, président de Sauvegarde du Rouergue de 2008 à 2018, rédacteur de 2 numéros de Sauvegarde du Rouergue sur les ponts du Tarn, avec le projet de traiter des bassins du Lot, de l’Aveyron et du Viaur…  et membre d’honneur du Cercle Généalogique du Rouergue.

 Les ponts du bassin rouergat du Tarn, antérieurs à 1800 :

Le Pont vieux de Millau est le plus ancien (XIe-XIIe siècle). Il avait déjà, au Moyen Age, une célébrité presque mythique. Les administrations des rois d’Aragon, vicomtes de Millau, puis des rois de France veillèrent à lui donner un quasi-monopole sur le passage des troupeaux ou des marchandises de la Méditerranée vers le reste du Rouergue et l’Auvergne, car le péage et le commerce rapportaient gros au seigneur et à la ville.

Mais, c’est surtout à l’architecture des ponts que nous nous intéresserons. Les ponts traditionnels, dont les archives gardent le souvenir étaient des passerelles de bois, que l’on démontait lors de la montée des eaux pour éviter que les poutres ne fussent emportées. Le pont de Millau était jadis composé de 17 arches romanes qui permettaient de franchir à l’horizontale le large fond de la vallée. Plus tardifs, les ponts de Cureplat et de Saint-Rome gardent cette planéité avec  5 ou 6 arches. Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour retrouver une horizontalité favorable aux charrois modernes, comme à Saint-Maurice de Sorgues (8 arches) et à Saint-Rome de Cernon et au Pont neuf de Vabres (7 arches).

Ailleurs, du XIIIe à la fin de Moyen Age, ce fut le triomphe d’un élégante architecture avec de grands arcs en plein cintre ou à peine brisés, accompagnés d’arcs latéraux plus petits. On pense, en les voyant, à des architectures d’églises, avec une nef centrale et deux bas-côtés.

Sur tous les affluents du Tarn ; Dourbie, Cernon, Muze, Dourdou et Sorgues, Rance, les hommes ont trouvé des formules originales, en fonction du régime des eaux et du relief. Et elles ont traversé les siècles.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Alain Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron, thème 

« Une source méconnue : les archives des paroisses des anciens diocèses de Rodez et de Vabres (Sous-série 9G) ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Michel COMBYprésentera le samedi 14 décembre 2019, une conférence « Saint-Leu-la-Forêt, ville chargée d’histoire ».

 

Depuis le 12ème siècle, cette petite ville au nord-ouest de Paris attira de nombreuses personnalités.

Les Montmorency, dont Jean de Nivelle, puis les Bourbon-Condé, leur famille s’est éteinte à St-Leu.

Les Orléans ont été propriétaires, Louis-Philippe 1er dernier Roi des Français y passa une partie de son enfance.

Puis Louis Bonaparte, Roi de Hollande, et son épouse la Reine Hortense, leur fils alors Prince-Président offrit à la ville l’église actuelle, avant de devenir Napoléon III.

Et bien d’autres.

L’eau de Saint-Leu était très douce et fut exploitée pendant 90 ans, ce fut un élément de réclame pour la ville ainsi que la cure d’air pur.

Peu d’industries, une fabrique de talon de bois et après 1914 quelques usines de fabrication d’outillage pour l’industrie horlogère.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 14 décembre 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé – PARIS 12e

Métro Cour Saint-Emilion

Le Cercle Généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron- 

vous invite, à une conférence proposée par M. Thierry SOONCKINDT

« Se soigner dans l’Espalionnais au XVIIIe siècle ».

Titulaire d’un master en langue et littérature anglaise Thierry Soonckindt est instituteur à Montpellier depuis plus de 30 ans. Chercheur en histoire régionale depuis plus de 25 ans, ses centres d’intérêt en histoire concerne la vallée du Lot et l’Aubrac …

 Se soigner au XVIII° siècle avait peu à voir avec la médecine d’aujourd’hui.

Pour les très pauvres, l’attente et l’automédication constituaient l’essentiel du traitement. Cependant l’action – avérée – des guérisseuses, rebouteux et même des curés de village n’a pas laissé de traces dans les archives.

Les hommes et femmes plus aisés n’appelaient bien souvent le « docteur » que très tardivement.

Les « riches » quant à eux faisaient fréquemment appel aux médecins, qui leur prescrivaient tisanes, vomitifs , purgatifs et … saignées.

Dévoués et mobiles, ces médecins étaient limités par l’insuffisance des savoirs scientifiques de leur temps, et proposaient parfois des remèdes dits aujourd’hui  « de bonnes femmes »…

Les chirurgiens, eux, intervenaient ponctuellement sur une plus large clientèle, qu’ils soignaient de leur mieux …sans hygiène ni anesthésie !

Au cours de ce siècle des Lumières la médecine ne fit que de rares progrès, mais son exercice devint de plus en plus encadré et contrôlé, annonçant l’essor médical du siècle suivant.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par

M. Alain Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron, thème 

« Une source méconnue : les archives des paroisses des anciens diocèses de Rodez et de Vabres (Sous-série 9G) ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

 

Philippe CALLAIS, présentera le samedi 16 novembre 2019, une conférence « Les nouveaux dinosaures ».

Sauriez-vous citer un nom de dinosaure découvert ces trente dernières années ? Question difficile ?

Vous connaissez tous le : Tyrannosaure, Stégosaure, Diplodocus, Allosaure, Iguanodon, Vélociraptor, etc… La plupart des dinosaures universellement connus ont été découverts il y a un siècle ou plus.

Pourtant, sur plus de 1 000 espèces connues, une grande majorité a été décrite ces trente dernières années. De nombreuses découvertes ont transformé notre vision et notre connaissance de ces animaux fascinants.

Philippe CALLAIS, ingénieur en informatique, s’intéresse à de nombreux sujets du patrimoine humain et technique, notamment aux véhicules automobiles ou aériens, mais aussi à l’histoire du vivant. Outre la paléontologie, il s’est beaucoup intéressé à l’histoire du plus léger que l’air, des grandes marques automobiles, des sous-marins de guerre et aussi à la naissance du cinéma, sans oublier l’astronomie ou la photo ! Il est donc quelqu’un de curieux et qui aime transmettre ses connaissances.

Philippe CALLAIS aura le plaisir de vous  faire découvrir ces dinosaures méconnus du grand public et partager sa passion.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUITdébute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 16 novembre 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé – PARIS 12e

Métro Cour Saint-Emilion

Le Cercle généalogique du Rouergue -Histoire et généalogie en Aveyron- vous invite à une conférence, le jeudi 17 octobre 2019 à 14 h :

« Prosper Alfaric, Livinhac-le-Haut, 1876 – Paris, 1955″.

Né dans une famille paysanne aveyronnaise, Prosper Alfaric, élevé dans la foi catholique, fut ordonné prêtre en avril 1899. Brillant, il était promis à un grand avenir dans le milieu catholique, mais il va progressivement perdre la foi et devenir un militant de la libre pensée et de la laïcité.

Il sera professeur d’histoire des religions à l’Université de Strasbourg, officier de la Légion d’honneur, fondateur du cercle Ernest Renan et de ses Cahiers. Président de l’Union Rationaliste (1955), il participa aux Cahiers Rationalistes ainsi qu’aux causeries radiophoniques organisées par  l’Union. Il fut également Président du Cercle Jean Macé de Strasbourg, puis de celui de Paris et de la Ligue de l’enseignement. Il fut le créateur des Cahiers Laïques, du journal l‘Eveil de Livinhac-le-Haut  et membre de la Libre Pensée.

 Philippe Velez est un historien autodidacte. Originaire du bassin houiller aveyronnais, il est un membre actif de l’ASPIBD (Association de Sauvegarde du Patrimoine Industriel du Bassin de Decazeville) dont il est membre du Conseil d’administration. Ses travaux depuis quelques années l’ont amené à s’intéresser à une personnalité attachante et relativement méconnue, celle de Prosper Alfaric. Sa conférence, abondamment illustrée de documents photographiques, dont certains inédits, nous permettra de mieux cerner cet historien, spécialiste du christianisme.

Cette conférence sera suivie à 15h.30 par le cours de paléographie assuré par M. Venturini, directeur des Archives départementales de l’Aveyron, thème 

« Une source méconnue : les archives des paroisses des anciens diocèses de Rodez et de Vabres (Sous-série 9G) ».

Salle des conférences

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo 12000 Rodez

Entré libre

Pascal Giraudelprésentera le samedi 5 octobre 2019, une conférence « Les étoiles de Vincent ».

Pascal Giraudel est diplômé d’astronomie à l’Observatoire de Paris, auteur d’un mémoire consacré à l’astronome Eugène Antoniadi, amateur d’astronomie et animateur scientifique.

Il est l’actuel président des Amis de Camille Flammarion. Sa passion du partage le conduit une nouvelle fois à vous proposer de découvrir ou redécouvrir un page méconnue de l’histoire de l’astronomie française.

L’homme, au cours des siècles, a représenté les  étoiles  et les constellations sur les parois des cavernes, les murs d’habitation, les faïences, les poteries, les tableaux et de nombreux objets. Elles ont été son guide, sa boussole, son inspiration poétique et artistique. La conférence de Pascal Giraudel portera notamment sur un artiste connu de tous :

Vincent van Gogh, voici un artiste pour lequel tout a été dit… ou presque.

Vincent van Gogh, au cours des deux dernières années de sa vie, compose quelques toiles «crépusculaires & nocturnes», et si certaines sont célèbres à l’image de la Nuit étoilée sur le Rhône (1889), ou la Nuit étoilée (1889), d’autres le sont beaucoup moins telles Route avec cyprès et ciel étoilé (1890) ou encore Paysage avec gerbes de blé et lever de Lune (1889).

Au total, ce sont 5 œuvres que nous allons « soumettre [pacifiquement] à la question », celle de l’Astronomie.

L’Astronomie afin de déterminer : l[les]’objet[s] céleste [s] représenté[s] par l’artiste, l’instant [soir, nuit ou matin] et la date probable de l’exécution de l’œuvre, mais aussi le lieu exacte où van Gogh a posé son chevalet.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 5 octobre 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé – PARIS 12e

Métro Cour Saint-Emilion

C’est la rentrée !

Réunion animée par Danielle Seimandi-Gennat.

Plusieurs sujets seront abordés :

Compte rendu de l’AG du 6 juillet 2019 à Saint-Amans-des-Côts.

Quelques cas de généalogie.

Le point sur le site.

Le point sur les prochaines conférences.

L’ouvrage collectif « Patrimoine mémoriel 1914-1918 en Aveyron », notamment la présentation, le vocabulaire architectural, des anecdotes, etc.

La conférence « Les listes électorales en Aveyron au 19e siècle » n’était pas suffisamment avancée pour être présentée, elle est donc programmée pour janvier 2020.

La réunion dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 7 septembre 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Jacques  MOULY, présentera une conférence « LES COLONIES PÉNITENTIAIRES D’ENFANTS » à l’antenne Ile-de France du Cercle généalogique du Rouergue –Histoire et généalogie en Aveyron-, le samedi 15 juin 2019.

Le 5 août 1850 est promulguée la loi consacrant officiellement les colonies pénitentiaires agricoles. Ces colonies ou « bagnes d’enfants » vont, longtemps, être un sujet tabou et leur exploitation soulève, aujourd’hui, de nombreuses questions.

Combien d’enfants innocents, âgés de 5 (parfois moins) à 18 ans, ont été sacrifiés sous prétexte de les éduquer ? Comment des dirigeants de domaines agricoles ont-ils pu exploiter des enfants, jusqu’à la mort pour bon nombre d’entre eux ? Pourquoi des notables, des hommes de loi, des fonctionnaires municipaux ou chargés de l’application des peines, des médecins, des religieux, des enseignants qui les approchaient et aussi des agriculteurs ou des artisans du voisinage ont-ils fermés les yeux ? Pourquoi laisse-t-on mourir de faim, de maladie, de froid, de maltraitance, de manque d’hygiène, d’épuisement des enfants ? Il ne faut pas oublier que les gérants des colonies recevaient des aides (pour la nourriture et les soins) et percevaient le bénéfice du travail des jeunes, que faisaient-ils de ces revenus ? Quelques personnes se sont émues du sort réservé à ces enfants et ont réagi. Des colonies ont dû fermer ou adoucir le traitement réservé aux jeunes colons.

Le résultat de cette « éducation par le travail » a-t ‘il été celui escompté ?

N’oublions pas, qu’autrefois, les enfants travaillaient dès leur plus jeune âge et étaient aussi loués à des agriculteurs ou autres exploitants ou des artisans ou des familles plus aisées, en échange de nourriture, hébergement et d’un petit pécule.

Dans cette conférence, les colonies pénitentiaires des domaines de Pezet (Saint-Salvadou) et de Combelle (Sainte Radegonde) seront présentées. Il sera aussi évoqué les colonies de Mettray (Indre-et-Loire), Aniane et Vailhauquès (Hérault), Le Luc (Gard), de l’Ile du Levant au large du Cap Bénat (Var) et quelques autres.

Les jeunes aveyronnais étaient envoyés dans des colonies loin de l’Aveyron. L’Aveyron a « accueilli» les enfants venus d’autres départements et aussi du Constantinois.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 15 juin 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.