Monday, July 24, 2017
branches

Les FEMMES pendant la GUERRE 14-18

Publié par Le C.G.R. Le 2 juin 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

L’antenne Ile de France du CGR propose une conférence en deux rencontres (le 10 juin et le 16 septembre 2017 sur le thème

« Les femmes pendant la guerre 14-18″. 

La conférence du 10 juin se déroulera en deux parties :

  • Danielle Seimandi-Gennat fera un exposé sur : la situation des femmes en 1914, la mobilisation, l’effort de guerre dans l’agriculture et la santé (les autres thèmes seront abordés en septembre).
  • Marie José Chavenon présentera la biographie du Dr Nicole Mangin, seule femme médecin de la Grande Guerre ; elle évoquera la vie de Mme Lyautey (infirmière et maréchale) et de la maréchale Eugénie Pétain.

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, est précédée d’un exercice de paléographie et d’informations généalogiques ou historiques. Elle aura lieu

le samedi 10 juin 2017 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

(métro Cour Saint-Emilion)

Françoise HUI GALAN, passionnée d’histoire et de généalogie, propose, dans le cadre des réunions de l’antenne Ile de France du CGR, une conférence sur le sculpteur François Victor COGNE ou COIGNET.

François Cogné est natif d’Aubin (Le Gua), son père de Decazeville et ses ancêtres paternels sont originaires de la Loire. Ses ancêtres maternels sont de l’Ouest Aveyron et du Quercy.

 

En 1907, il est élève de Denis Puech. Son œuvre probablement  la plus connue des Franciliens est la statue de Clemenceau, inaugurée en 1932 ; elle est implantée au carrefour des Champs Elysées et de l’Avenue Alexandre III, côté Petit Palais.

Il est le sculpteur officiel de l’Etat français durant la « période Vichy » et l’Occupation.

François COGNE reste, un artiste méconnu du grand public.

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, est précédée d’un exercice de paléographie et d’informations généalogiques ou historiques. Elle aura lieu

le samedi 13 mai 2017 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

(métro Cour Saint-Emilion)

CHANSONS de SOLDATS 1914-1918

Publié par Le C.G.R. Le 13 avril 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le mercredi 19 avril 2017 à 14 h 00, à une conférence, « Chansons de soldats 1914-1918 », présentée par Louis Codomié.

L. Codomié, Aveyronnais originaire  de Durenque, né en 1933, docteur es sciences de l’Université de Paris en 1972, a gravi tous les échelons de la carrière universitaire jusqu’au poste de professeur titulaire de l’Université de Perpignan. Il a dirigé un laboratoire de recherche en biologie et microbiologie et a publié 71 articles dans des revues nationales et internationales.

Il a pris sa retraite à Durenque, le village de ses parents.  Sa fibre de chercheur est restée toujours aussi vive.  Il ne lui était pas possible de poursuivre des recherches en sciences à Durenque ne possédant pas de laboratoire sur place. Il a donc pensé tout naturellement à s’intéresser à l’histoire de son village. Il a d’abord publié un livre sur les deux dernières guerres mondiales, sur la résistance en Aveyron, intitulé ‘’Témoignage pour que tu n’oublies pas’’ paru en 2009. Il a publié un livre intitulé Jacques François Loiseleur Deslongschamps, ingénieur géographe du roi Louis XV  (1747-1843). Jacques François Loiseleur Deslongschamps  est venu s’installer au Vitarel de Durenque pour lever la carte de France de Cassini. Il se trouve que  cet ingénieur géographe a vécu de 1774 à 1808 au hameau du Vitarel proche de son lieu d’habitation actuelle. Ensuite il a publié un complément d’information sur Deslongschamps à la Société des Lettres sciences et arts de l’Aveyron dont il était membre. Cet article se trouve à la page 73 dans  un recueil  de publications  paru en 2013 dans Etudes aveyronnaises .

Conférence  : «  Chansons de guerre 14-18 »

Après avoir fait une brève introduction sur les causes de la guerre de 14-18, sur le déroulement de la guerre jusqu’à la victoire de nos armées, nous chanterons quelques chansons de guerre que les soldats ont créées au front ou en captivité sur des airs populaires.

 A- Chansons de guerre créées au front par les Poilus :

1 Le pont de Minaucourt (Marne), une chanson sur l’air de Sous les ponts de Paris au cours d’une des batailles de la Marne en février 1915.

2- Menils les Hurulus (Marne), une chanson  sur l’air de Sous les ponts de Paris au cours d’une autre bataille de la Marne en juillet 1915.

3- La chanson de Craonne, une chanson créée au cours de la bataille du chemin des Dames.

 B- Chansons  de guerre créées par les prisonniers de guerre au camp  d’Hamelin en Basse Saxe (Allemagne) en août 1915 :

1- Haut les cœurs, une chanson sur l’air de la Paimpolaise.

2- Les prisonniers de guerre au travail sur l’air de Souris noire (1913).

3- Le vent de la terre sur un air non cité.

4- Les colis du prisonnier sur l’air de Mariette (1911).

 C –  Nous terminerons par la chanson de la Madelon  créée par Bach  le 19 mars 1914 pour les  soldats au service militaire (durée 3 ans depuis le 7 août 1913)

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les notaires et les baux ruraux »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Les « AUTRES ACTES » des NOTAIRES

Publié par Le C.G.R. Le 25 mars 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Jérôme Malhache est généalogiste professionnel. Il collabore régulièrement à la Revue française de généalogie et y anime des sessions de formation. Conférencier, il est l’auteur du guide de recherche « Retrouver un ancêtre soldat de la Révolution ou de l’Empire ». 
Il présentera, au cours de la réunion de l’antenne Ile de France du CGR du 1er avril 2017, une conférence sur le thème :

Les « autres actes » des notaires.

Quand les généalogistes s’attaquent aux archives notariales ils ont le plus souvent en ligne de mire des contrats de mariage ou des inventaires après décès. Ce sont bien entendu des documents essentiels à la reconstitution de l’histoire des familles. Mais la richesse des fonds notariaux ne se limite pas à ces catégories d’actes. Dans des temps où la seule voie pour formaliser et authentifier une convention est le recours au notaire, ces archives nous parlent aussi de projets commerciaux, de liens professionnels et de bien d’autres choses.

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUITest précédée d’un exercice de paléographie et d’informations généalogiques ou historiques. Elle aura lieu

le samedi 1er avril 2017 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

(métro Cour Saint-Emilion)

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite, le mercredi 22 mars 2017 à 14 h 00, à une conférence, « Burons et buronniers : pourquoi tant de nostalgie », présentée par Yves Garric.

1 100 buronniers sur l’Aubrac à l’orée du XXème siècle. Plus que 130 en 1964. Les deux derniers burons sur le plateau ont tout à peine franchi le cap de l’an 2000. Avant que la page ne soit définitivement tournée, Yves Garric avait recueilli les témoignages des derniers survivants de la longue tradition buronnière, livrant à la nostalgie des générations actuelles « Paroles de burons », un livre considéré par les « hommes de montagne » eux-mêmes comme l’ouvrage le plus vrai et le mieux documenté sur la question.

Vous avez dit : « nostalgie » ? En même temps qu’il nous livrera le fruit de son travail en profondeur sur l’Aubrac, Yves Garric tentera d’expliquer pourquoi les burons continuent à tant nous fasciner aujourd’hui. Ce sera tout le thème de la conférence qu’il donnera…

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les notaires et les baux ruraux »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

1910-1920 l’Occitanie entre guerre et paix

Publié par Le C.G.R. Le 23 février 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
André COSTE, occitan par immersion, présentera, au cours de la réunion de l’antenne Ile de France du CGR du 4 mars 2017, une conférence :

« 1910­-1920,  l’Occitanie entre guerre et paix »

Le thème de la conférence est la vie en Occitanie entre 1910 et 1920, avec la guerre à la fois lointaine et omniprésente. Il parlera de la vie quotidienne dans le Tarn mais nous nous transporterons aussi sur le front d’Argonne, entre la Champagne pouilleuse et Verdun, sur la bute de Vauquois. A Vauquois où naquit un avatar de la guerre des tranchées : la guerre des mines.

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUITest précédée d’un exercice de paléographie et d’informations généalogiques ou historiques. Elle aura lieu

le samedi 4 mars 2017 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

(métro Cour Saint-Emilion)

Possibilité de déjeuner en groupe, inscription à 10 h dans l’Espace Maurice Solignac.

Le Cercle Généalogique du Rouergue organise
le mercredi 15 février 2017 à 14h00, une conférence présentée par Monique DUGUÉ-BOYER :

Longtemps délaissé, le patrimoine architectural du début du XXe siècle revient à l’honneur. Le programme de cette présentation pour le cercle généalogique, s’intéressera avant tout aux individus, à leur apprentissage et au vécu du métier d’architecte.

André Boyer (1882-1953), originaire d’Espalion, part en 1900 aux Beaux Arts à Paris. Il devient architecte départemental de l’Aveyron ; Lucien Dugué-Boyer (1910-2001) commence des études d’architecture avant de tout quitter pour être ordonné prêtre par le cardinal Verdier en 1939. Enfin, le fils cadet, Jean Dugué-Boyer (1922-2013) reprend le cabinet en 1952. Philippe Dugué-Boyer (1995) actuellement étudiant en architecture à Strasbourg, représente la génération en devenir….

Quelle motivation a orienté chacun vers cette voie ? A chacun une formation, un diplôme, un métier reflet de son temps. C’est ce que nous voulons considérer dans cette présentation. A travers cette « saga d’architectes», est observable la transformation de la société, dont le microcosme aveyronnais est un élément tout à fait significatif.

Monique Dugué-Boyer, après des études d’histoire de l’art et archéologie, puis d’histoire à Toulouse, est enseignante sur l’académie de Paris. Actuellement rattachée à l’école doctorale TESC de Toulouse, pour une recherche sur les architectes départementaux de l’Aveyron entre 1820-1950. (Directeur de recherche Jean Nayrolles).

Paléographie :

M. Venturini a un imprévu, il ne pourra donc pas assurer le cours de paléographie prévu.

Entrée libre

Le Rouergue sous les croquants

Publié par Le C.G.R. Le 28 janvier 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Passionné d’histoire et de généalogie, Jacques Mouly, parisien originaire de Decazeville, présentera, au cours de la réunion de l’antenne Ile de France du CGR du 4 février 2017, une conférence :

« LE ROUERGUE SOUS LES CROQUANTS »

Sa conférence s’articulera autour des points suivants :

  • Le phénomène « croquants »
  • L’extension géographique et l’extension dans le temps
  • Le cas particulier du Rouergue
  • Les principales figures
  • et ce qu’il en reste.

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUITest précédée d’un exercice de paléographie et d’informations généalogiques ou historiques. Elle aura lieu

le samedi 4 février 2017 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

(métro Cour Saint-Emilion)

Possibilité de déjeuner en groupe, inscription à 10 h dans l’Espace Maurice Solignac.

L’ACTUALITE DE NAPOLÉON

Publié par Le C.G.R. Le 11 janvier 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le Cercle Généalogique du Rouergue organiseconference-rodez-01-2017-affiche-reduite

le mercredi 18 janvier 2017 à 14h00, une conférence présentée par Monsieur JOEL TIXIER (Préfet Honoraire)

Napoléon a, pour nos contemporains qui le placent parmi les plus grands hommes français, le visage de conquérant et de chef de guerre (Les grognards, la Grande Armée…). Image qui ne retient qu’un aspect du personnage qui fut l’un des bâtisseurs de la France moderne.

Code civil, Conseil d’Etat, Cour de Cassation, Banque de France, sont quelques-unes des institutions qu’il a créées et qui continuent de structurer notre organisation administrative. Mais au-delà de ces institutions cet homme a aussi profondément marqué notre mentalité et la perception que les français ont du pouvoir et de l’Etat.

 Si bien que l’on peut parler de « l’actualité de Napoléon ».

 Monsieur Joël Tixier est né à Bordeaux. Il réside à Rodez de 1951 à 1963, où il est revenu pour vivre sa retraite. Il est diplômé de Sciences Politiques et d’Etudes Supérieures de Droit Public et ancien élève de l’E.N.A. Parmi ses nombreuses fonctions que nous n’énumérerons pas ici, nous retiendrons ses différentes nominations en tant que Préfet. Il est Préfet honoraire depuis 2010. Il est officier de la Légion d’Honneur et officier de l’Ordre National du Mérite.

Actuellement, profitant de sa retraite, il est administrateur d’associations et fondations d’utilité publique.

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les notaires et les contrats de mariage »

Entrée libre

Dans le cadre de la réunion de l’antenne Ile de France du CGR, le 7 janvier 2017,marion-7-1-2016-affiche6-reduite Roger MARION, présentera une conférence sur le thème :

La lutte antiterroriste –

Les coulisses des grandes affaires

Né à Castres (81), Aveyronnais de coeur, Roger Marion est un haut fonctionnaire de la police nationale.

Il s’est illustré par l’arrestation des membres du réseau terroriste du groupe islamique armé ainsi que par l’identification et l’arrestation du commando ayant assassiné le Préfet Claude Erignac. Homme de terrain , il est nommé en 1999, Directeur Central adjoint chargé des affaires criminelles à la Direction Centrale de la Police Judiciaire. Il est nommé, en 2002,  Préfet délégué à la sécurité et à la défense auprès du Préfet de la zone sud à Marseille puis de la zone nord à Lille. Il est appelé en 2006 à l’Inspection Générale de l’Administration où il est chargé de missions sur la sécurité.

En 2007, il publie son premier ouvrage, « On m’appelle Eagle Four« . Préfet honoraire depuis 2013, il publie un second ouvrage « Raisons d’Etat », qu’il a annoncé comme étant « une réelle protestation« .

Présenté et reconnu comme un « grand flic« , il revendique son appartenance à la « famille des hommes de terrain plutôt qu’à celle des hommes de couloirs« .

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, est précédée d’un exercice de paléographie et d’informations généalogiques ou historiques. Elle aura lieu

le samedi 7 janvier 2017 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

(métro Cour Saint-Emilion)

Possibilité de déjeuner en groupe, inscription à 10 h dans l’Espace Maurice Solignac.

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.