Wednesday, May 23, 2018
branches

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le jeudi 19 avril 2018 à 14 h 00, à une conférence, « La peine de mort aux Assises de l’Aveyron (1811-1981) » par  Yves Carcenac.

Notre collègue Yves Carcenac a publié il y a quelques années les biographies de deux grands républicains aveyronnais du XIX° siècle : Henri Carcenac (1790-1855) et Louis Oustry (1822-1888).

Dans le prolongement de son livre Rodez au XX° siècle en 30 dates mémorables (Ed. La Maison du Livre – 2017), où il évoquait notamment, dans la rubrique « Justice et faits divers », certaines grandes affaires criminelles du siècle dernier en Aveyron, Yves Carcenac a écrit un ouvrage intitulé La peine de mort aux Assises de l’Aveyron (1811-1981), qui vient de sortir en mars 2018.

Au cours de sa conférence, il présentera le résultat de ses travaux selon le schéma suivant :

I – Analyse statistique des condamnations à mort

II – Aperçu des condamnations par grandes catégories de crimes

Il évoquera au passage un certain nombre de condamnés à mort et reviendra, pour terminer, sur les grands procès aveyronnais du XX° siècle. En conclusion, il fera part de son désir de retrouver les partitions des complaintes chantées sur les marchés, qui accompagnaient souvent  ces tragiques événements.

 

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le jeudi 15 mars 2018 à 14 h 00, à une conférence, « Les brigands du Rouergue » par  Claude Petit.

De Pons de Léras, chevalier brigand aux confins de l’Hérault, devenu fondateur de l’abbaye de Sylvanès au Masque Roge qui effraya les campagnes aveyronnaises après la Seconde guerre mondiale, le département fournit d’innombrables histoires de  brigands.

Appelés Routiers ou Anglais durant la Guerre de Cent Ans, bandits royaux sous la Révolution, ils sévirent aussi durant les guerres de Religion, parfois protestants, parfois catholiques, qui sous le couvert de la religion, pillaient et rançonnaient. Figures légendaires passés à la postérité, nationale pour Rodrigue de Villandrando ou Mandrin, légende locale pour le Voleur d’Alpuech ou oubliés des mémoires comme le terrible capitaine Talaissac, cette histoire recèle de terribles personnages, parfois cruels, mais aussi parfois attachants.

Toutes les époques troublées ont connu ce phénomène.

La conférence se propose de parcourir cette sinistre histoire qui est celle de nos ancêtres.

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le mercredi 14 février 2018 à 14 h 00, à une conférence, « Cisterciens en Rouergue  » par  Catherine Cazelles et Claude Petit

La fondation de l’Ordre- L’espace cistercien- Cisterciens en Rouergue »                   

XIIème siècle la fondation de l’ordre cistercien :

Il ya 900 ans Robert de Molesmes fondait Cîteaux et écrivait la première page de l’histoire cistercienne : Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ce nouvel ordre monastique a-t-il vu le jour ? Quels sont les grands personnages qui par leur capacité leur personnalité et leur charisme en un siècle ont couvert la France de 350 abbayes filles ?

L’espace cistercien :

Le monastère cistercien son architecture et son organisation, ses règles de vie suscite une curiosité étonnée. Il en est de même pour les granges ces grandes propriétés agricoles qui on fait la richesse de l’ordre. Dans ces granges travaillaient les convers, religieux ils prononçaient des vœux mais avaient un statut qui les différenciait des moines de chœur ; leur vie était consacrée au labeur.

Cisterciens en Rouergue :

En 1122 un groupe de moines venant de l’abbaye de Dalon (Limousin) s’installe dans l’ouest du Rouergue .Cette communauté pose le premier jalon de l’histoire cistercienne du Rouergue et fonde Loc Dieu. Le XIIème siècle verra fleurir six abbayes cisterciennes qui ont couvert le territoire de granges .Le Rouergue conserve un patrimoine de granges fortifiées exceptionnel en France.

L’association : Cisterciens en Rouergue, crée en 2014 a pour but de répertorier et d’étudier le patrimoine cistercien en Rouergue.

Deux journées d’étude ont eu lieu :

– l’Age d’Or (1123- 1347) en 2014.

– la Période de crises (1348-1600) en 2016.

Le 8 septembre 2018 est prévue la troisième journée : les Derniers Feux (1600-1789).

En 2016 a été réalisée en partenariat avec les Archives départementales de l’Aveyron,  une exposition sur : Parchemins et Manuscrits des six abbayes cisterciennes du Rouergue.

Des visites des sites cisterciens sont organisées ainsi que des marches qui permettent l’étude des chemins qui desservaient les granges ou que les moines empruntaient  pour rejoindre les abbayes.

 

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le jeudi 18 janvier 2018
 à 14 h 00, à une conférence, « Un journaliste objectif, ça n’existe pas », présentée par Yves GARRIC.

Yves Garric a été pendant 38 ans,  journaliste : à Centre-Presse, Radio-France, France 3 sud, résumé rapide d’une belle carrière professionnelle.

Egalement, écrivain : il a publié une vingtaine d’ouvrages, et le dernier publié « qu’est-ce qu’elle a ma voix ? », est un livre autobiographique dans lequel il raconte son parcours de journaliste et propose une réflexion très critique sur les médias.

Beaucoup d’entres vous le connaisse en tant qu’auteur dramatique, il a écrit une dizaine de pièces, jouées dans toute la francophonie, dont du théâtre pour enfants.

Cette année, nous fêterons le 30e anniversaire d’ « une ferme en trop » créée en 1987. Celle-ci, est encore très jouée tant le message qu’elle porte est toujours, et plus que jamais, d’actualité.

Mais également réalisateur : un film sur la guerre de 14-18 : « Dix par jour », et « Gilbert Espinasse, agriculteur de conscience », portrait d’un pionnier de l’agriculture biologique.

Il se définit comme un auteur d’aujourd’hui, il pense que les écrivains n’ont pas forcément pour vocation de remuer éternellement le passé ; la noblesse de l’art lui paraît être de risquer une parole sur l’avenir. En vertu de la maxime « Quand tu ne sais plus trop où tu vas, regarde d’où tu viens. », il lui arrive cependant d’interroger le passé. C’est ce qu’il a fait en 2000 avec son travail sur les buronniers de l’Aubrac, qui a donné le livre : « Paroles de burons ». Et il inspire aujourd’hui cette conférence.

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le jeudi 21 décembre 2017
 à 14 h 00, à une conférence,

« La navigation sur le Lot à travers les siècles », présentée par André ROMIGUIÈRE.

 André Romiguière, président de l’ A T V L (Association pour le Tourisme en Vallée du Lot), conteur passionné de l’histoire et du patrimoine, vous fera voyager le long du Lot et  sa vallée, à travers le temps.

Vous partagerez la vie des «  Ribierols » qui ont vécu, travaillé avec, sur, et autour de notre rivière.

Il vous contera comment ces hommes et femmes vont, au cours de l’histoire, pratiquer de multiples métiers pour maîtriser  les caprices de la rivière, les aléas de la navigation, et son organisation.

Bateliers, matelots, marchands, charpentiers, forgerons, passeurs, pécheurs, meuniers ………

Un moment d’évasion au fil du Lot, avec ceux qui ont fait de notre rivière un axe de commerce, de rencontres, et d’échanges entre les provinces, d’Entraygues à Bordeaux via Aiguillon et la Garonne.

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le mercredi 22 novembre 2017
à 14 h 00, à une conférence, « Les Moulins fortifiés du Sud de la France », présentée par Jean-Pierre AZÉMA.

Les moulins fortifiés sont très rares et semblent être une spécialité de la France méridionale.

Leur apparition commence au XIIIe siècle et s’étend jusqu’au XVe siècle. Pour l’heure leur recensement complet n’est pas achevé, mais on en dénombre tout de même plus de 50.  Deux régions se détachent par leur nombre et la qualité de leurs bâtiments : la Gironde et le littoral languedocien. Certains se présentent comme de magnifiques châteaux, avec machicoulis, tours, etc. Beaucoup d’autres ont des éléments fortifiés beaucoup plus discrets, comme de simples archères. Malheureusement, hormis quelques sites protégés au titre des monuments historiques, ce patrimoine est encore trop mal connu et non protégé. Beaucoup de moulins sont menacés de disparition, de ruine. Il y a urgence à étudier en profondeur ce sujet et à donner à ces constructions surprenantes un avenir durable.

Jean-Pierre Henri. AZEMA, Consultant-Expert, Auteur-Conférencier, est spécialiste du « Patrimoine industriel et des moulins » et de « l’Histoire des rivières et de l’énergie ».

Il est : Docteur en Géographie, diplômé de l’université Paris IV-Sorbonne-CNAM et Chercheur associé au Laboratoire Framespa CNRS/UMR 5136, Université Toulouse Jean Jaurès.

Ses coordonnées : Moulin de la Tannerie. Cayrac-le-Bas, 12150 sévérac-le-Château

courriel : jph.azema@wanadoo.fr

Photo illustrant l’annonce : © Crédit JPH Azéma.

Saint-Paul-de-Mauchiens, Moulin de Roquemengarde sur le fleuve Hérault.

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Les verriers du Viaur

Publié par Le C.G.R. Le 13 octobre 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le jeudi 19 octobre  2017 à 14 h 00, à une conférence, « Les verriers du Viaur », présentée par Dominique Guibert.

La fabrication du verre en France a toujours été réservée à une élite reconnue et protégée par les souverains. Charles VII, en 1445, confirme les privilèges accordés aux verriers du Languedoc de travailler le verre sans déroger à leur noblesse

Malgré cela les gentilshommes verriers vivaient et travaillaient dans un environnement rural et social où ils côtoyaient des paysans, des artisans, des praticiens ou des marchands dont ils épousaient les filles.

L’activité verrière fut à l’origine de nouveaux métiers comme les porteurs de verre ou les marchands verriers issus du monde paysan et qui constituèrent parfois de véritables dynasties familiales dont les membres travaillaient en réseau.

Dominique Guibert; passionné de généalogie et d’archéologie, est descendant de plusieurs familles de gentilshommes verriers rouergats. Cette conférence traitera plus spécialement des verriers du Viaur.

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les documents judiciaires »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

CHANSONS de SOLDATS 1914-1918

Publié par Le C.G.R. Le 13 avril 2017 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite,
le mercredi 19 avril 2017 à 14 h 00, à une conférence, « Chansons de soldats 1914-1918 », présentée par Louis Codomié.

L. Codomié, Aveyronnais originaire  de Durenque, né en 1933, docteur es sciences de l’Université de Paris en 1972, a gravi tous les échelons de la carrière universitaire jusqu’au poste de professeur titulaire de l’Université de Perpignan. Il a dirigé un laboratoire de recherche en biologie et microbiologie et a publié 71 articles dans des revues nationales et internationales.

Il a pris sa retraite à Durenque, le village de ses parents.  Sa fibre de chercheur est restée toujours aussi vive.  Il ne lui était pas possible de poursuivre des recherches en sciences à Durenque ne possédant pas de laboratoire sur place. Il a donc pensé tout naturellement à s’intéresser à l’histoire de son village. Il a d’abord publié un livre sur les deux dernières guerres mondiales, sur la résistance en Aveyron, intitulé ‘’Témoignage pour que tu n’oublies pas’’ paru en 2009. Il a publié un livre intitulé Jacques François Loiseleur Deslongschamps, ingénieur géographe du roi Louis XV  (1747-1843). Jacques François Loiseleur Deslongschamps  est venu s’installer au Vitarel de Durenque pour lever la carte de France de Cassini. Il se trouve que  cet ingénieur géographe a vécu de 1774 à 1808 au hameau du Vitarel proche de son lieu d’habitation actuelle. Ensuite il a publié un complément d’information sur Deslongschamps à la Société des Lettres sciences et arts de l’Aveyron dont il était membre. Cet article se trouve à la page 73 dans  un recueil  de publications  paru en 2013 dans Etudes aveyronnaises .

Conférence  : «  Chansons de guerre 14-18 »

Après avoir fait une brève introduction sur les causes de la guerre de 14-18, sur le déroulement de la guerre jusqu’à la victoire de nos armées, nous chanterons quelques chansons de guerre que les soldats ont créées au front ou en captivité sur des airs populaires.

 A- Chansons de guerre créées au front par les Poilus :

1 Le pont de Minaucourt (Marne), une chanson sur l’air de Sous les ponts de Paris au cours d’une des batailles de la Marne en février 1915.

2- Menils les Hurulus (Marne), une chanson  sur l’air de Sous les ponts de Paris au cours d’une autre bataille de la Marne en juillet 1915.

3- La chanson de Craonne, une chanson créée au cours de la bataille du chemin des Dames.

 B- Chansons  de guerre créées par les prisonniers de guerre au camp  d’Hamelin en Basse Saxe (Allemagne) en août 1915 :

1- Haut les cœurs, une chanson sur l’air de la Paimpolaise.

2- Les prisonniers de guerre au travail sur l’air de Souris noire (1913).

3- Le vent de la terre sur un air non cité.

4- Les colis du prisonnier sur l’air de Mariette (1911).

 C –  Nous terminerons par la chanson de la Madelon  créée par Bach  le 19 mars 1914 pour les  soldats au service militaire (durée 3 ans depuis le 7 août 1913)

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les notaires et les baux ruraux »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue vous invite, le mercredi 22 mars 2017 à 14 h 00, à une conférence, « Burons et buronniers : pourquoi tant de nostalgie », présentée par Yves Garric.

1 100 buronniers sur l’Aubrac à l’orée du XXème siècle. Plus que 130 en 1964. Les deux derniers burons sur le plateau ont tout à peine franchi le cap de l’an 2000. Avant que la page ne soit définitivement tournée, Yves Garric avait recueilli les témoignages des derniers survivants de la longue tradition buronnière, livrant à la nostalgie des générations actuelles « Paroles de burons », un livre considéré par les « hommes de montagne » eux-mêmes comme l’ouvrage le plus vrai et le mieux documenté sur la question.

Vous avez dit : « nostalgie » ? En même temps qu’il nous livrera le fruit de son travail en profondeur sur l’Aubrac, Yves Garric tentera d’expliquer pourquoi les burons continuent à tant nous fasciner aujourd’hui. Ce sera tout le thème de la conférence qu’il donnera…

Cette conférence sera suivie, à 15h30, du cours de paléographie, proposé par M. Alain Venturini :

« Les notaires et les baux ruraux »

Entrée libre

Salle des conférences – Centre culturel, 25 avenue Victor Hugo, 12000 Rodez

Le Cercle Généalogique du Rouergue organise
le mercredi 15 février 2017 à 14h00, une conférence présentée par Monique DUGUÉ-BOYER :

Longtemps délaissé, le patrimoine architectural du début du XXe siècle revient à l’honneur. Le programme de cette présentation pour le cercle généalogique, s’intéressera avant tout aux individus, à leur apprentissage et au vécu du métier d’architecte.

André Boyer (1882-1953), originaire d’Espalion, part en 1900 aux Beaux Arts à Paris. Il devient architecte départemental de l’Aveyron ; Lucien Dugué-Boyer (1910-2001) commence des études d’architecture avant de tout quitter pour être ordonné prêtre par le cardinal Verdier en 1939. Enfin, le fils cadet, Jean Dugué-Boyer (1922-2013) reprend le cabinet en 1952. Philippe Dugué-Boyer (1995) actuellement étudiant en architecture à Strasbourg, représente la génération en devenir….

Quelle motivation a orienté chacun vers cette voie ? A chacun une formation, un diplôme, un métier reflet de son temps. C’est ce que nous voulons considérer dans cette présentation. A travers cette « saga d’architectes», est observable la transformation de la société, dont le microcosme aveyronnais est un élément tout à fait significatif.

Monique Dugué-Boyer, après des études d’histoire de l’art et archéologie, puis d’histoire à Toulouse, est enseignante sur l’académie de Paris. Actuellement rattachée à l’école doctorale TESC de Toulouse, pour une recherche sur les architectes départementaux de l’Aveyron entre 1820-1950. (Directeur de recherche Jean Nayrolles).

Paléographie :

M. Venturini a un imprévu, il ne pourra donc pas assurer le cours de paléographie prévu.

Entrée libre

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.