Sunday, March 24, 2019
branches

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue -histoire et généalogie en Aveyron- propose, le samedi 16 mars 2019, une conférence de Jean Claude BERCU.

 « On affirme souvent que les églises chrétiennes sont orientées, c’est-à-dire tournées vers l’orient. Est-ce toujours le cas ? Quelles traditions millénaires sont à l’origine de l’orientation de nos églises ? Les mosquées et les synagogues sont-elles également orientées ? Les phénomènes lumineux qui se produisent dans certaines églises à des moments précis de l’année sont-ils le fruit du hasard ou une volonté des bâtisseurs s’appuyant sur des connaissances astronomiques profondes ? Et quid des églises du Rouergue ? »

Jean-Claude Berçu est passionné par l’astronomie, il a adhéré à la Société astronomique de France en 1986. Il est membre de la Commission des cadrans solaires et de la Commission histoire de l’astronomie qu’il préside. Il participe également à l’animation de la bibliothèque de la SAF. Un de ses sujets d’étude est l’archéoastronomie : comment nos lointains ancêtres établissaient des relations entre les phénomènes célestes et leurs croyances et comment ces relations se sont traduites dans les vestiges qu’ils nous ont laissés. »

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUITdébute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 16 mars 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 9 février 2019, une conférence de Marguerite JULIA :
« Que Diable allait-on faire sur ces canonnières ? ».

Campagne du « Tonquin » 1884-1886

D’après le journal du capitaine de la Mutine Adolphe Hallez

« Qui ne s’est pas posé la question de ce que pouvaient être allé faire nos ancêtres sur cette terre éloignée d’Asie ? Pour quelle raison avons-nous envoyé tant de soldats au « Tonquin » ? Pourquoi Dien Bien Phu est encore ancrée dans nos mémoires alors que l’origine et les raisons de notre présence là-bas sont totalement oubliées ?

En écrivant les mémoires de mon arrière-grand-père et suite à des recherches historiques, j’ai pu répondre à cette question. Mais y ai-je vraiment répondu alors que mon aïeul lui-même se demandait pourquoi tous ces soldats français allaient mourir de maladie sous ce climat humide qui n’est pas le leur où décapités par un peuple impitoyable, les Chinois, sans avoir toujours la reconnaissance méritée.

Jour après jour, Adolphe Hallez, homme de devoir, obéit et œuvre à la colonisation de ce pays. Pourtant, il se demande chaque jour un peu plus ce qu’il fait là, et si les hommes qui les dirigent ne pensent pas plus à leur gloire personnelle qu’à l’intérêt général.

C’est un témoignage humain et juste que ce capitaine, devenu amiral à la fin de sa vie, écrit en 1910 d’après son journal de bord, les rapports officiels et les lettres écrites à sa femme. Témoignage qui valait la peine que je travaille trois ans durant pour le révéler au public. »

A propos de l’auteur

« Quand à 7 ans on lui posait cette question sempiternelle des adultes aux enfants : « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » La petite Marguerite répondait inlassablement « Écrivain ». Les adultes alors, riaient de son ambition. Ce n’est pas pour autant qu’elle a cessé d’écrire. Poèmes, pièces de théâtre, nouvelles, qu’elle a fait ou non lire à ses proches. Devenue professeur de français après une maîtrise de Lettres Modernes à la Sorbonne, elle abandonne un jour l’école pour devenir professeur de théâtre. Ce livre-là, elle l’a écrit suite à une promesse faite à sa grand-mère. Promesse tenue. »

Les ascendants paternels de Marguerite JULIA sont originaires de la région de Najac.

Antoine Adolphe HALLEZ  (1848 – 1923).
Né le 2 août 1848 à METZ (Moselle) – Décédé le 4 décembre 1923 à PARIS (Seine).

Entre dans la Marine en 1864 (port BREST).
Chevalier de la Légion d’Honneur, le 18 janvier 1881.
Au 1er janvier 1886, (nomination du 3 août 1884), Commandant la chaloupe-canonnière « MUTINE », Division navale du TONKIN (Jean DE LA BONNINIÈRE DE BEAUMONT, Cdt la division). 
Contre-amiral le 23 mai 1908. »

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 9 février 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 12 janvier 2019, une conférence de Jérôme MALHACHE :
« Les généalogistes et la guerre de 1870 ».

L’Allemagne et la France se sont affrontées à trois reprises en l’espace d’à peine soixante-dix ans, le temps d’une vie d’homme. La monstruosité des deux guerres mondiales a quelque peu effacé de la mémoire collective le premier de ces affrontements, la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Pourtant ces six mois de guerre ont eu un impact considérable sur nos ancêtres, combattants ou non-combattants. Les archives, mais aussi divers témoignages, nous aident à reconstituer les parcours au cœur de la tourmente.

Jérôme Malhache est généalogiste professionnel, expert dans la reconstitution de l’histoire des familles, spécialiste des questions militaires et de leurs archives . Il collabore régulièrement à la Revue française de généalogie et y anime des sessions de formation. Conférencier, il est l’auteur des guides de recherche : « Retrouver un ancêtre soldat de la Révolution ou de l’Empire » et « Retrouver un combattant de la guerre de 1870 ».

 

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récentssuivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 12 janvier 2019 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 15 décembre 2018, une conférence de Maguy Gallet Villechange :
« SABBATS et SORCIERES ».

« Le temps des procès en sorcellerie est révolu, mais ces procédures revêtent toujours un aspect trouble et fascinant. Existait-il vraiment des sectes de magiciens, des couvents de nonnes sorcières, acharnées à la perte du genre humain ? Les juges avaient-ils conscience de leurs responsabilités ?

Partons à la découverte de l’homme dans toute sa haine, sa bêtise et sa lubricité…. face à la crainte du diable, principale base, jadis, de la prospérité de la religion catholique » (extrait du prologue du livre « Sabbats et Sorcières » de Maguy Gallet Villechange, Éditions de Midi- 2005)

Maguy Villechange est ex Conseiller d’Education Populaire et de jeunesse THEATRE au Ministère Jeunesse et Sports ; Docteur 3° Cycle en études esthétiques théâtrales et cinématographiques ;  Licence Sciences de l’Education (Psycho-pédagogie).

Elle est Membre de la Société des Gens de Lettres (SGDL) Paris, du Centre du Livre en Poitou Charentes, de l’Association des Écrivains Combattants, du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (Communications à Avignon, Amiens, Pau), de la Sociéte des Auteurs du Poitou Charentes et de son Comité de Lecture.

Elle est l’auteur de nombreux ouvrages et articles (Blog : melusine86.hautetfort.com).

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récents, suivis par un exercice de paléographie proposé par Michel Comby.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure à une heure trente), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

 

Rendez-vous

le samedi 15 décembre 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 17 novembre 2018une conférence de Monica BELLEGARDE membre du cours d’occitan « l’Aper’Òc » :

« Paul RIQUET et le CANAL du MIDI ».

Monica BELLEGARDE  est native de Béziers, elle est passionnée par l’histoire de sa région, de ses coutumes, de sa langue et de ses grands hommes.

Paul Riquet en est un des plus chers au coeur des biterrois car il représente pour eux l’esprit de résistance qui anime la ville depuis le Moyen Age et le sac de Béziers.

C’est un personnage hors du commun, un homme de génie qui, au XVIIe siècle, a su, grâce à sa volonté, sa ténacité, sa combativité, venir à bout du chantier le plus colossal jamais entrepris à cette époque.

Il nous laisse une oeuvre d’art fréquentée aujourd’hui par les touristes du monde entier : le Canal du Midi.

La réunion-conférence dont lACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récents.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

 

Rendez-vous

le samedi 17 novembre 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  propose, le samedi 6 octobre 2018, une conférence de Monique DUGÉ-BOYER :

« Une SAGA d’ARCHITECTES ».

Longtemps délaissé, le patrimoine architectural du début du XXe siècle revient à l’honneur. Le programme de cette présentation pour le Cercle généalogique du Rouergue, s’intéressera avant tout aux individus, à leur apprentissage et au vécu du métier d’architecte.

André Boyer (1882-1953), originaire d’Espalion, part en 1900 aux Beaux-Arts à Paris. Il devient architecte départemental de l’Aveyron ; Lucien Dugué-Boyer (1910-2001) commence des études d’architecture avant de tout quitter pour être ordonné prêtre par le cardinal Verdier en 1939. Enfin, le fils cadet, Jean Dugué-Boyer (1922-2013) reprend le cabinet en 1952. Philippe Dugué-Boyer (1995) actuellement étudiant en architecture à Strasbourg, représente la génération en devenir….

Quelle motivation a orienté chacun vers cette voie ? A chacun une formation, un diplôme, un métier reflet de son temps. C’est ce que nous voulons considérer dans cette présentation. A travers cette « saga d’architectes», est observable la transformation de la société, dont le microcosme aveyronnais est un élément tout à fait significatif.

Monique Dugué-Boyer, après des études d’histoire de l’art et archéologie, puis d’histoire à Toulouse, est enseignante sur l’académie de Paris. Actuellement rattachée à l’école doctorale TESC de Toulouse, pour une recherche sur les architectes départementaux de l’Aveyron entre 1820-1950. (Directeur de recherche Jean Nayrolles)

La réunion-conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, débute à 9 h 30 par des informations générales sur le CGR et sur les événements généalogiques récents.

A partir de 10 h 15 environ, est programmée la conférence (environ une heure), suivie d’échanges d’informations généalogiques, entre les participants.

La matinée se termine par un déjeuner pris en commun (pour ceux qui le souhaitent, inscription dans la salle de réunion avant 10 h).

Rendez-vous

le samedi 6 octobre 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

Dans le cadre des réunions mensuelles de l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue, Danielle Seimandi-Gennat propose

le samedi 15 septembre 2018, l’histoire de deux forçats aveyronnais déportés en Nouvelle Calédonie.

Cette causerie est la suite de la conférence présentée en mars 2018 dont le thème était l’histoire des bagnes coloniaux, suivie du cas d’un forçat déporté en Guyane et des histoires parallèles d’un forçat et d’un surveillant, originaires du même lieu et envoyés en même temps en Nouvelle Calédonie

Le 15 septembre, Danielle Seimandi-Gennat contera :

  • la « terrible aventure » du forçat, Jean Gentou, natif de Naussac, décédé en Nouvelle Calédonie. Cette histoire a pu être reconstituée grâce à l’époux de l’une de ses descendantes en Nouvelle Calédonie et Julienne Rigal. Jean Gentou a toujours déclaré être innocent du crime pour lequel il avait été condamné aux travaux forcés à perpétuité.
  • l’histoire d’un autre forçat, François Lajeunie, originaire de Foissac, condamné au bagne après plusieurs délits, décédé en 1902 dans la Presqu’île Ducos en Nouvelle-Calédonie.

S’il reste suffisamment de temps, la fin du film documentaire sur la Nouvelle Calédonie sera projeté.

Cette causerie dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT,  aura lieu

le samedi 15 septembre 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

La réunion peut être suivie par un déjeuner pris en commun (inscription dans la salle de réunion à 10 h).

Dans le cadre des réunions mensuelles de l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  et Fernand VEDEL proposent

le samedi 2 juin 2018, une conférence :

La résistance des bactéries aux antibiotiques : une menace grandissante.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’utilisation des antibiotiques a permis aux humains de gagner vingt ans d’espérance de vie. Mais les prescriptions de ces molécules, en trop grande quantité et de façon inadéquate, ont conduit au développement rapide de nombreuses résistances bactériennes. Aujourd’hui, avec l’arrêt de la recherche, l’antibiorésistance bactérienne est devenue un problème mondial de santé publique. Cependant, les voies de recherche sont nombreuses, grâce à la diversité de la nature et à des chercheurs inventifs qui ont besoin de soutien.

Le conférencier, Fernand Vedel, est né à Castanet dans une ferme du Ségala aveyronnais. Sa carrière peut se résumer ainsi :

  • Formation scientifique menée successivement dans les facultés des sciences de Toulouse et Paris Sud-Orsay (Docteur d’Etat ès-sciences naturelles).
  • Carrière de chercheur scientifique au CNRS (du grade de stagiaire à celui de Directeur de Recherche), exercée principalement à l’université Paris Sud et au centre CNRS de Gif-sur-Yvette) dans le domaine de la biologie et de la génétique moléculaire des plantes.
  • Recherches consacrées principalement à l’étude des ADN, des gènes et des génomes des chloroplastes et des mitochondries des végétaux supérieurs.
  • Publications (près de 250) décrivant le polymorphisme de ces ADN (et leur utilisation pour caractériser des hybrides naturels: blé, colza, café arabica, tabac…ainsi que de nombreux mutants soit naturels soit obtenus après culture in vitro), le rôle de certains gènes dans le développement des plantes (celui du grain de pollen notamment), et dans la résistance à différents stress.
  • Retraité du CNRS, rédacteur d’articles de synthèse de vulgarisation scientifique (articles rédigés en occitan-langue d’oc et traduits en français après publication).

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, précédée par un exercice de paléographie préparé par Michel Comby, aura lieu

le samedi 2 juin 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

La réunion peut être suivie par un déjeuner pris en commun (inscription dans la salle de réunion à 10 h).

ATTENTION LA LIGNE 14 DU METRO SERA FERMÉE LE SAMEDI 2 JUIN 2018

A LA RECHERCHE DES ANCIENS CHEMINOTS !

Publié par Le C.G.R. Le 28 avril 2018 AJOUTER UN COMMENTAIRE

Dans le cadre des réunions mensuelles de l’Antenne Ile-de-France du Cercle Généalogique du Rouergue  et Henri Dropsy, président du Cercle Généalogique des Cheminots proposent

le samedi 5 mai 2018, une conférence :

A LA RECHERCHE DES ANCIENS CHEMINOTS !

« Le Cercle généalogique des cheminots (CGC) a été créé en 1984 par des passionnés de généalogie.

Comme d’autres associations de généalogistes, qu’il rencontre régulièrement à l’occasion des congrès nationaux, le CGC initie et forme ses adhérents et leur apporte son aide pour la réalisation d’histoires familiales. Il organise notamment des journées d’initiation, en présentant particulièrement les richesses de l’outil informatique. Sa bibliothèque propose des livres sur le sujet et des revues spécialisées. Sa revue, Généalogie-Rail, permet d’informer régulièrement les adhérents et le public sur les activités et le rôle de l’association. La connaissance ferroviaire des membres du CGC est proposée à tous. Le Cercle travaille depuis des années en étroite relation avec Rails et histoire. Une collaboration avec des généalogistes cheminots allemands permet en outre de faciliter les recherches en Allemagne.

Depuis sa création, et bien que n’étant pas un service d’archives de SNCF, pour pallier la disparition des dossiers de carrière des cheminots des anciennes compagnies ferroviaires qui ont précédé la création de l’entreprise, le Cercle constitue une importante base de données intitulée « Nos ancêtres cheminots ». Elle sert à renseigner les généalogistes en quête de parents cheminots ainsi que les chercheurs, étudiants ou historiens confirmés. Grâce au travail quotidien des adhérents du Cercle, elle est alimentée par les sources les plus diverses : documents administratifs des compagnies de chemins de fer, plaques commémoratives, annuaires du personnel, les journaux d’entreprise comme le Bulletin PLM et le P.O. illustré, etc. Aujourd’hui, près de 500 000 fiches recensent des informations sur de nombreux cheminots.

En parallèle de ce travail de recherche de toute information utile à notre connaissance des cheminots, le Cercle s’est donné pour mission de recenser les plaques commémoratives présentes dans les emprises ferroviaires : un véritable inventaire d’un patrimoine souvent menacé. Dès que possible, les adhérents et les bénévoles prennent des photographies des monuments retrouvés. Début 2017, un fichier constitué de ces plaques commémoratives comportait plus de 20 000 noms – un individu pouvant être repris plusieurs fois –, pour plus de 3 500 lieux relevés. L’ensemble des informations collectées sont dorénavant présentées dans un site Internet dédié : « Lieux du Souvenir. »

La période de la Seconde Guerre mondiale intéresse tout particulièrement le CGC qui, d’emblée, a soutenu et collaboré activement à la réalisation du Mémorial des cheminots victimes de la répression. L’ensemble de ses sources et de ses connaissances ont été mises au service de cette œuvre collective « Mémorial : Cheminots victimes de la répression 1940/1945″ qui rejoint les objectifs de l’association et qu’il faudra continuer d’enrichir après sa publication : le CGC s’y emploiera.

Henri Dropsy, président du CGC »

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, précédée par un exercice de paléographie préparé par Michel Comby, aura lieu

le samedi 5 mai 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

La réunion peut être suivie par un déjeuner pris en commun (inscription dans la salle de réunion à 10 h).

Dans le cadre de ses réunions mensuelles, l’Antenne Ile-de-France du CGR vous propose

Le samedi 7 avril 2018, une conférence, à deux voix, animée par Roger MARION, surnommé « Eagle Four » (il gueule fort) et Daniel LEVY.

Roger Marion, est un haut fonctionnaire, ancien Chef de la DNAT (Division Nationale Antiterroriste) et Préfet honoraire. Il est l’auteur de deux ouvrages (« On m’appelle Eagle four » et « Raisons d’Etat ») supports d’une conférence pour le Cercle Généalogique du Rouergue en janvier 2017. Il croisera l’histoire des descendants de Jacmes Marion marié à Antoinette de Gouzens en 1422, avec celle de sa propre famille issue de Bessède-de-Sault (Aude).

 

Daniel Lévy, sociologue, dont nous avons fait la connaissance lors de sa conférence en septembre 2016 (Célibat et terreau… célibat et monde rural aveyronnais), interviendra sur le plan sociologique et sur les limites de la recherche généalogique en partant de l’exemple du Préfet Marion dont le parcours exceptionnel de policier (les basques de l’ETA, l’affaire Érignac, etc…) en fait un véritable descendant « spirituel  » (et non génétique) des Marion qui se sont illustrés dès le XVe siècle dans l’armée, la police et ce jusqu’après la Révolution alors qu’il semble, à ce jour, que Roger Marion n’en descende à quelque titre que ce soit.

Cette conférence dont l’ACCÈS est LIBRE et GRATUIT, précédée par un exercice de paléographie préparé par Michel Comby, aura lieu

le samedi 7 avril 2018 (9 h 30 – 12 00 h)

Espace Maurice Solignac, 1er étage

44, rue Gabriel Lamé, 75012 PARIS.

La réunion peut être suivie par un déjeuner pris en commun (inscription dans la salle de réunion à 10 h).

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.