Wednesday, November 13, 2019
branches

Decazeville une histoire d’homme

Publié par Le C.G.R. Le 7 avril 2011

Pierre Poujol se présente comme enfant de la Belle-Vallée du Lot où sa famille est installée, implantée, dit-il, depuis des siècles et des siècles.

Des liens très forts le lient spécialement à Livinhac-le-Haut, mais rien de ce qui concerne la Belle-Vallée et le Bassin houiller ne lui est indifférent. Ses grands-pères, père et oncles travaillaient à la mine.

Les hasards de l’existence et du travail l’ont conduit dans la Région parisienne, puis à Bordeaux. Son père lui avait dit: « Ne sois pas mineur ! », de toute façon, cet avertissement en forme de commandement n’avait aucune chance d’être contredit : il avait vingt ans, en 1963, moment où depuis longtemps déjà, les mines étaient condamnées.

Avec ce nouveau livre, Pierre Poujol fait revivre les débuts et le prolongement de l’aventure que fut la mise en œuvre de l’industrie minière et sidérurgique, dans le bassin houiller d’Aubin-Decazeville.

On découvre, avec l’auteur, des personnalités attachantes, d’autres beaucoup plus contestables, mais toutes, depuis le duc Decazes jusqu’au financier-ministre-administrateur Léon Say, en passant par François Cabrol, Declerck, Panassié, Alfred Pierrot Deseilligny, Jules Cayrade, Alexandre Bos et plus tard son fils Louis, Gastambide, Emile Nègre …jusqu’à Paul Ramadier, toutes ont forgé non seulement le
destin d’une ville minière, mais aussi sa force et son obstination à survivre et à prospérer aussitôt que les conditions s’avèrent plus favorables.

Combien de fois l’a-t-on cru perdue ?

« Decazeville est riche d’une histoire mouvementée, faite de hauts et de bas, de moments de sérénité et d’autres d’angoisse. De grands hommes l’ont accompagnée, et avec beaucoup d’autres, l’ont bâtie. Ville toujours prête au combat pour son maintien, hargneuse avec ceux qui ont voulu la transformer en ville crève-misère, reconnaissante envers ceux qui savent apprécier son mérite, Decazeville, sans s’en rendre compte est devenue, en son temps, un symbole, un de ces points d’ancrage du mouvement social.

Personne ne peut être indifférent à son histoire, et surtout pas ses enfants, decazevillois cœurs fidèles. »

Vous pouvez souscrire pour cet ouvrage auprès de Pierre Poujol, 20 Avenue de Jane de Boy, 33950 Lège-Cap-Ferret.

Ouvrage de 242 pages, parution mai 2011 au prix exceptionnel de 20 Euros, port compris jusqu’au 1er juin 2011.

Laisser un commentaire

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.