Friday, April 18, 2014

L’Aubrac et Conques sur ARTE

Posté par Le C.G.R. Le novembre - 13 - 2013

La chaine ARTE dans le cadre de son émission 360°-GEO consacrera son émission à l’Aubrac et à Conques le samedi 30 novembre 2013 à 20h00.

« AUBRAC, des bergers et des moines »
Un film de Maja Dielhenn

Durée : 52 minutes
Rediffusion : Le dimanche 1er décembre à 13h20
Le dimanche 7 décembre à 9h45

Pendant l’hiver, la terre de l’Aubrac, située dans le sud-ouest du Massif central, est désolée. Mais, l’été, c’est une verdoyante prairie regorgeant d’herbes et de fleurs où se régalent des milliers de bovins de la race Aubrac. La flore d’altitude est aussi une source d’inspiration quotidienne pour deux cuisiniers étoilés de renommée mondiale, Michel et Sébastien Bras, qui attirent les gourmets dans la pittoresque localité de Laguiole. La météo incertaine de cette contrée en a longtemps fait une des étapes les plus redoutées du chemin de Compostelle. 360°-GÉO a passé un été à sillonner les pâturages de l’Aubrac.
Site ARTE

Arte_360°-GEO_5_AUBRAC_fabrication du fromage au buron de Camejane_redimensionnerLa chaine de télévision Franco-Allemande Arte a annoncé la date de diffusion du film « Aubrac, des bergers et des moines » réalisé en mai et juin 2013 par Maja Dielhenn et son équipe de reportage. Cette émission sera diffusée en France le samedi 30 novembre à 20h00.

Les habitants de l’Aubrac avaient remarqué la présence de l’équipe de télévision d’Arte pendant 14 jours, allant à la rencontre des éleveurs en race Aubrac, des buronniers et aubraciens.

Maja Dielhenn et ses techniciens ont suivi le troupeau de Philippe Boubal en transhumance avec ses vaches Aubrac. La pluie, puis la neige et enfin le soleil retrouvé ont rythmé la marche du troupeau jusqu’à son paturage d’estive sur la montagne du Pesquié. Philippe Boubal nous fait partager sa passion pour l’élevage et sa race de vache préférée : la vache Aubrac

Maja Dielhenn a voulu également rendre hommage à cette nature si particulière de l’Aubrac qui façonne les hommes de ce territoire. La réalisatrice est allée à Laguiole, à la rencontre de Michel et Sébastien Bras, chefs étoilés réputés, pour comprendre leur approche si particulière du territoire et de sa flore qui les font entrer en création pour retranscrire leurs émotions au travers d’une cuisine inventive qui met en avant les fleurs qui les environnent.

Du 25 mai au 13 octobre, la famille Ramon, pratique la traite des vaches à l’estive, fabrique sa fourme d’Aubrac au buron, sert l’aligot, plat symbolique de la convivialité aveyronnaise. Le choix délibéré de maintenir une activité de traite traditionnelle à la main est le fruit d’une mure décision, la volonté de perpétuer le message délivré par leurs ancêtres. Le respect de la nature et la passion du métier entraine une relation intense avec le troupeau. Maja Dielhenn nous fait partager cette atmosphère si particulière faite de travail intense et de silences ponctués par les sonnailles du troupeau.

L’équipe d’Arte a également suivi Christian LEMASSON, photographe et ethnographe, à la rencontre des buronniers, pour son prochain ouvrage sur l’Aubrac.

C’est l’implantation d’un ordre religieux militaire au Moyen Age sur l’Aubrac, pour protéger et secourir les pèlerins, qui a façonné le paysage. Sous l’influence des moines, le désert vert est devenu une terre d’estive pour les vaches Aubrac. L’Aubrac est parcouru par le Chemin de Saint-Jacques, classé au Patrimoine de l’humanité. Au monastère d’Aubrac, les pèlerins étaient accueillis par les moines. Conques est une étape importante sur la voie qui mène à Compostelle. Les moines accueillent toute personne sur le Chemin. Agnostiques ou croyants, tous ceux qui expérimentent le chemin sortent grandis par cette expérience. L’Aubrac parcouru à pied ne laisse pas indemne et reste une terre d’aventure humaine. Maja Dielhenn et son équipe sont allés à la rencontre de ces pèlerins d’aujourd’hui et de la Communauté des Prémontrés, à Conques, qui les reçoit.

Un très beau film, qui laisse le temps de s’installer dans une nature préservée avec des êtres humains authentiques, des paysages aux horizons infinis, pour partager un instant contemplatif.

6 Commentaires to “L’Aubrac et Conques sur ARTE”

  1. GOUZOU Michel dit :

    Magnifique. J’ai connu les burons au-dessus de Polminhac (Cantal) dans les années soixante et c’est le même travail plein d’amour et de respect de la nature , des animaux et des traditions. Merci, j’irai voir de près.

  2. robert dit :

    jaimerai connaitre ou se trouve le buron de monsieur Philippe Boubal

  3. Le C.G.R. dit :

    Le Buron de Caméjane se trouve à côté d’Aubrac (sur la commune de Saint-Chély-d’Aubrac)

    La famille Ramon y accueille les convives pour l’aligot et le fromage.

    Il faut emmener ses assiettes et sa boisson, la famille vous sert l’aligot pour accompagner le repas que vous aurez emmené et bien sur le fromage du buron.

    Pour y aller, il faut prendre la route qui relie Nasbinals à Aubrac, arrivé à l’embranchement de la route qui redescend sur Saint-Geniez-d’Olt, il faut prendre cette route sur 3 km pour arriver au panneau en bois qui indique l’entrée de la piste goudronnée qui mène au buron.

    Vous pouvez y voir la traite à l’estive et la fabrication du fromage. Il est possible de leur acheter de la tome fraiche ou de la fourme de l’Aubrac (fromage du pays).

    Le buron n’est ouvert qu’à la période de l’estive vers le 25 mai, jusqu’en octobre selon la météo.

    Il faut réserver auprès des buronniers, appeler plutôt entre 10h00 et midi car les hommes sont à la traite ou en début d’après midi.

    Téléphone du buron : 05 65 48 01 41 Mr Ramon

    Le buron de Philippe Boubal, n’est pas ouvert au public, c’est le buron du Pesquié, à Aubrac, commune de Saint Chély d’Aubrac

    Informations fournies par Christian Lemasson

  4. MAGNAN dit :

    Nous avons déjeuner en famille un midi du mois d’août dernier au buron de Caméjane et nous avons pris nos vitamines pour toute l’année : le plein de bonheur en quelques minutes. Extra.

  5. Christine POURCEL dit :

    Bonjour,
    Voilà près de 60 ans que mon “estive” de petite parigote de souche aveyronnaise se trouve sur la frontière du Lot et de l’Aveyron; pour la première fois cette année j’ai eu la chance, en Avril, de poser mes pied en terre d’Aubrac et cela a été une révélation; j’ai été “saisie” par ce pays, happée par sa force; j’aurais aimé rencontrer ces buronniers (autrement qu’en touriste)tant j’ai trouvé formidable leur profonde communion avec leur terre et leurs vaches. Je n’ai qu’une envie, y retourner, un peu plus longtemps. Merci d’avoir signalé l’émission, il aurait été dommage de la manquer.
    Christine

  6. CHRISTOPHE dit :

    TRES BEAU REPORTAGE SUR L’AUBRAC ET LES BURONS
    J’AI PARTICULIEREMENT ETE TOUCHE PAR LA PASSION DE LA FAMILLE RAMON POUR LEUR METIER ET LEUR ATTACHEMENT AUX TRADITIONS FAMILIALES.
    SAUF ERREUR IL NE PROPOSE PAS UNE BONNE SAUCISSE GRILLEE POUR AGREMENTER L’ALIGOT.A DECOUVRIR

Laissez un commentaire

Réalisé par website templates Boutons Paypal par Blog Expert