Saturday, April 19, 2014

Decazeville, Une histoire d’hommes II

Posté par Le C.G.R. Le novembre - 19 - 2013

Decazeville, Une histoire d’hommes  II – 1940-1970
Pierre Poujol

decazeville01Cet ouvrage revient sur une période de trente années de l’histoire de Decazeville. Comme on a pu parler de l’Année terrible, on pourrait évoquer ici, des Temps terribles !

Le régime de Vichy chasse la République en même temps que les républicains et fait régner la loi de l’occupant. C’est le régime de l’arbitraire où tous les opposants sont traités de la même façon et la plupart, surtout les communistes, dirigés vers des camps.

La Libération voit, au plan national, le rétablissement de la République, le tassement des socialistes et l’essor du parti communiste. Pourtant, localement, c’est Paul Ramadier qui retrouve son poste de maire. Il va le rester jusqu’en 1959 où il fait l’élection de trop. René Rouquette lui succède. Unanimement apprécié, même par ses adversaires, il est confronté aux grèves de 1961-1962, qui débouchent sur la fermeture à terme de l’exploitation minière, car rien n’y fait et le Gouvernement reste sourd aux demandes, légitimes, que présentent les mineurs et toute la population.

Avec son équipe municipale René Rouquette s’attèle avec succès à la tâche. Mais ce n’est pas si facile de « tourner la page charbonnière » !

http://pierrepoujol.com/

2 Commentaires to “Decazeville, Une histoire d’hommes II”

  1. BOYER dit :

    Bonjour
    Je viens de lire le commentaire.
    Je suis une Decazevilloise, mon papa a fait gréve en 1961/1962…je me souviens de cette période bien que j’étais jeune à cette époque.
    Maman amenait le casse-croute à papa qui était en gréve avec les autres mineurs.
    Le gouvernement de l’époque se moquait pas mal des retombées négatives sur la population…comme maintenant …rien n’a changé!
    Vous parlez de Ramadier, mon grand-père a été conseiller municipal sous Ramadier.
    Cordialement
    Annie BOYER

  2. DAILLET Annie BOYER dit :

    BOnjour
    Je suis une compatriote de Pierre POUJOL née également Annie BOYER à Livinhac le Haut. En 61/62 j’étais élève au lycée de Jeunes Filles de Decazeville et ai fait du sit-in sur la Place Decazes avec mes camarades lycéens, mais mon père n’était pas mineur.
    Je suis très surprise de découvrir une autre Annie BOYER !!!

Laissez un commentaire

Réalisé par website templates Boutons Paypal par Blog Expert