Friday, July 21, 2017
branches

Généalogies Rouerguates

Publié par Le C.G.R. Le 9 juillet 2007

Famille ROUCH Sources Registres paroissiaux de Vaureilles, Aubin et Anglars. Minutes notariales et compoix déposés aux Archives départementales. Livre de raison de la famille Rouch, de la Molinie, déposé aux archives de la Société des Amis de Vïllefranche et du Bas-Rouergue. Archives privées. Le patronyme Rouch, Roch ou Rous, dont l’origine a sûrement un rapport avec la couleur rouge, est mentionné à Villefranche-de-Rouergue au XVème siècle. La famille étudiée a peut-être ses origines dans cette ville car elle est venue s’établir dans le village de Vaureilles au XVIème siècle, et a donné, à notre connaissance, deux branches, une qui habite Vaureilles puis Aubin, l’autre successivement les villages de Curabo(u)rssot et La Molinie (tous deux paroisse de Vaureilles) dont voici les généalogies.

I- Pierre, cité en 1543 dans le cadastre de Vaureilles (2E 293), est qualifié de procureur du seigneur de Vaureilles, noble Johan de Boysso. Il est présent en 1573, au mariage de son fils, Jean, son héritier et est décédé avant 1597. Il habite une maison de quatre étages dans le lieu même et a au moins trois enfants :

1- Jean, qui suit (II.1)

2- Antoine, qui suivra (II.2)

3- Jean, + avant 1597, établi au village de Camburac, paroisse de Pachins qui aura :

– Jean, cité le 23-01-1600 (3E 15337, Lavernhe not. de Montbazens) comme neveu de Jean Rouch, notaire.

– Jacques, praticien, procureur de noble Louis de La Gardelle, seigneur de Privezac, (acte du 6-1 1-1599, Lavernhe not.). Peut-être est-ce lui qui était marié en 1606 avec Marguerite Lagarrigue.

– Antoine, sergent du château de Privezac, marié à Catherine Bedène, fille de Pierre et Guillaumette Delbés (3E 15339).

II.1- Jean, notaire de Vaureilles, exerce de 1574 à 1612, marié en 1573 avec Jeanne Bony, fille de Jean, notaire de Peyrusse, et Cécile Cavaignac. Jean teste le 17-07-1615. D’où :

1- Pierre, clerc en 1597, décédé avant 1615.

2- Jean, qui suit.

3-Catherine, mariée avant 1605 avec Antoine Rainaldy, bourgeois de Rieupeyroux dont elle aura deux filles.

4-N. décédée avant 1615, mariée avec François Théron, de Gaillac, sa fille Catherine est citée dans le testament de Jean qui lui donne 20 livres payables le jour de son mariage.

5-Hélix-Etienne, docteur avocat et juge de Saint-Félix en 1637.

III- Jean, praticien à Vaureilles, sieur de Cassanholles (ou Cassagnoles)*, rentier de la place de Saint-Félix, décédé avant 1640, marié avec Françoise de Grialon. D’où :

 

 

1-Jean, cité dans plusieurs actes de 1620, décédé sans descendance, semble-t-il, marié avec Françoise de Cat (procès avec son beau-frère sur l’hérédité de son mari). 2-Etienne, qui suit. 3-Louis. 4-Lucie, mariée avec Jean Laval

IV- Etienne, bourgeois de Vaureilles, écuyer et conseiller à Rodez, décédé vers 1694, marié le 25-01-1653 (c.m. le 7-12-1652, Murat not., 3E 2955) avec Antoinette Aldebert, fille de Pierre, bourgeois de Montbazens et Burguine de Gleyrouse. D’où :

1-Bernard, qui suit. 2-Guillaume, né en 1668. 3-Marguerite, mariée avant 1700 avec le sieur Jean Rivière, de Vaureilles.

V- Bernard, sieur de Cassagnoles d’Anglars, habitant Vaureilles puis Anglars, marié en 1684 avec Marie-Anne Bonal, décédée le 16-10-1740, veuve de Guillaume Delpech, avocat de Villefranche, fille de François et Isabeau de Cadres. D’où :

1-Etienne, né le 2-11-1684 à Vaureilles, qui suit.

2-Bernard, marié avec Gabrielle de Barrau.

3-Isabeau, mariée le 24-01-1718 avec Pierre Rivière.

4-Antoine, né le 24-07-1688 à Vaureilles.

5-François, docteur en théologie, curé de Balaguier.

6-Bernard, né le 5-09-1692 à Saint-Eélix d’Anglars, marié vers 1640 avec Suzanne de Roquefeuil dont il eut un fils en 1642, Jean-Bernard.

7-Marie-Anne, née le 15-04-1695.

8-Marie, née le 5-02-1698.

9-Louis, officier du Régiment de Saint-Chamon, chevalier de Saint-Louis, né le 3-8-1700, décédé le 6-02-1784 à Aubin.

10-Gabrielle, jumelle du précédent, qui meurt en 1729.

11-Thérèse, née le 26-04-1704, mariée avec Pierre Capgras, praticien de Goutrens. 12-Claire, née vers 1706, + le 12-10-1711.

VI-Etienne, décédé en 1775, bourgeois d’Aubin, sieur de La Bruyère, marié le 25-02-1721, (contre la volonté de son père d’après la lettre du 27-02-1721 de Bernard de Rouch envoyée au chanoine Perrin, d’Aubin) avec Antoinette de Rozet, fille de Pierre-Auguste et Marie-Anne de Merlhe. D’où :

1-Pierre-Auguste, qui suit.

2-Pierre-Victor, né le 15-06-1723.

3-Charlotte, née le 3-05-1725, épouse Valladier, de Villefranche, décédée en 1767.

4-Charles, né le 3-05-1725

5-Marie, née le 12-05-1727, mariée avec Raymond Parra, d’Aubin.

6-Jean, né le 16-07-1729.

7-Joseph, né le 29-04-1732, militaire.

VII- Pierre-Auguste, né le 11-12-1721, sieur de la Bruyère, coseigneur d’Aubin, docteur en médecine, intendant des eaux de Cransac (enregistré au Parlement de Toulouse en 1755), premier échevin d’Aubin en 1768, marié le 28-03-1753 à Rulhe avec Antoinette de Morlhon , veuve Brunet, fille de Charles de Morlhon et d’Antoinette de Prévinquières. D’où :

1- François-Marie-Auguste, né le 25-08-1756. 2- Louis-Jacques, né le 21-06-1759, qui suit.

VIII- Jacques-Louis, médecin, maire d’Aubin, décédé le 11-06-1815 et marié le 8-02-1786 à Caylus avec Marie-Jeanne Bories, fille de Jean, notaire de Caylus et Marie-Anne de Marconnié. D’où :

1-Grégoire (1786-1866).

2-Julie (1789-1796).

3-Catherine-Henriette (1793-1865), mariée en 1815 avec Paul Delshens, médecin (thèse en 1809 à Montpellier), fils adoptif et sans doute illégitime de Pierre-Paul Delshens, médecin et maire de Figeac pendant une bonne partie de la Révolution.

*Après l’achat du fief de Cassagnoles, situé dans la paroisse d’Anglars, appelé actuellement Revel, cette famille signera en ajoutant la particule de à son patronyme et en 1780 Rouch sera supprimé au profit de leur fief, Labruyère.

Branche de CURABOURSOT

II.2-Antoine, hoste à Curabourssot, établi dans ce village à l’orthographe qui varia au cours des ans, Cauraborssot, Curaborzot, Curaboursot, Cureboursot… En 1597, il achète, aux héritiers d’Antoine Rigal, avec pacte de rachat la métairie de La Molinie, anciennement appelée La Boccardie. Il se marie vers 1575 avec Peyronne Cantarel. D’où :

1-Pierre, qui suit.

2-Jeanne, mariée avec Pierre Bonnet, marchand de Peyrusse (c.m. le 1-06-1608 passé chez Jean Rouch, not.), qui reçoit en dot 500 livres en argent, quatre robes, deux en drap de Paris, une en coutras de Carcassonne et une en sarge de Rodez, six linceuls, un brau (taureau), six brebis et leur agneau…

3-Catherine, mariée avec Jean Delbosc, de Cassanis (Les Albres), citée dans le testament de son frère.

III-Pierre, bourgeois de Curabourssot, teste le 14-08-1624 devant Me Jacob de Lavernhe, not. de Montbazens, nomme comme tuteurs de ses enfants les sieurs Rouch, frères ses cousins germains de Vaureilles et M. Antoine Patras, son beau-frère et décède peu après. Il s’était marié avant 1597 avec Jeanne dePatras, décédée après 1643, fille de Guillaume Rességuier-Patras*, marchand de Villefranche et Marguerite Falgayrette et habitant la métairie de Lavernhe dans la paroisse de La Bastide-L’Evêque. D’où :

1-Antoine, qui suit.
2-Jean, qui reçoit d’après le testament de son père 500 livres afin qu’il soit nourri et entretenu dans les écoles jusqu’à 25 ans.

IV-Antoine, bourgeois de Curabourssot, + le 9-11-1684, marié en premières noces (c.m. 30-04-1625, Lavernhe not.) avec Marguerite de Cambefort, fille naturelle de Hennoc de Cambefort, seigneur de Vaureilles et de feue Jeanne Amourous, marié en secondes noces (c.m. le 2-06-1642) avec Catherine Saint-Amans, fille de Jean et Peyronne Malaterre, de Vabre, veuve de Jean Caussanel, dit “Trassou”, de Monloubet (Rieupeyroux).

D’où du premier mariage :

1-Jean, qui suit.

2-Antoine.

3-Jean, + en 1681.

4-Jeanne, mariée avant 1659 avec Jean Ficat, de Douzoulet (Rieupeyroux) leur fils, Antoine, né en mai 1660 a pour parrain, Antoine Rouch.

V-Jean, établi au domaine de La Molinie (Vaureilles), + avant 1692, marié (c.m. le 2-06-1642, le même jour que son père) avec Antoinette Caussanel, de Monloubet, + avant 1692, fille de Jean et Catherine Saint-Amans, qui lui amène en dot 600 livres. D’où :

1-Jeanne, mariée le 17-04-1679 avec Antoine Moly, maréchal de Roussennac.

2-Antoine, qui suit.

3-Marguerite.

4-Catherine, mariée le 28-07-1692 avec Raymond Rouget, de Montbazen

VI- Antoine, praticien, + le 14-09-1735, marié le 24-09-1691 avec Catherine Delagne, de La Carrière (Saint-Cyprien), + le 26-10-1735, fille d’Antoine et Catherine Guirbaldi. D’où :

1-Hélène, mariée le 4-02-1715 avec Jean Bénazech, praticien de Campels (Le Mauron).

2-Jean-Antoine, qui suit.

3-Antoinette, citée en 1723.

4-Marguerite, née le 2-01-1700, mariée le 19-06-1721 avec Guillaume Bourdoncle, de Labro (Prévinquières).

5-Jean-Baptiste, né le 10-06-1704.

VII- Jean-Antoine, praticien, marié le 26-07-1729 avec Marguerite Foulquié, fille de Simon, bourgeois de Boscus (Saint-Mayme) et Marie-Anne Cassan, + le 14-10-1789. D’où:

1-Marie-Anne, née le 17-10-1730, mariée en 1751 avec Barthélémy Viguier, de Firmy.

2-Amans, né le 24-12-1733, décédé soldat en 1760.

3-Hélène, née le 25-08-1735.

4-Jean-Antoine, né le 15-05-1736, prêtre, docteur en théologie, curé de Noalhac, + 1778 à Saint-Amans (Rodez).

5-Marguerite, née le 13-05-1738

6-Antoinette, née le 31-10-1739, + en 1753.

7-Simon, né le 20-06-1741, curé-prieur de Salles-Courbatiers de 1772 à 1792 et de 1796 à 1822, après son retour de la déportation à Bordeaux.

8-Jeanne, née le 13-12-1742.

9-Jean-Baptiste, né le 5-06-1747, qui suit.

10-Marie-Marguerite, né le 8-02-1749.

11-Jean-Louis, praticien, né le 16-06-1750, + 1824.

12-Catherine, née le 14-12-1753.

VIII- Jean-Baptiste, praticien, qualifié de bourgeois, officier municipal puis maire de Vaureilles en 1793-1795, marié le 20-04-1773 (c.m. 18-02) avec Marie-Jeanne Cahors, de Firmy, fille de feu Antoine, remarié le 13-02-1787 (c.m. 12-02) avec Jeanne Franques, de Molières (Escandolières), fille de Jean-Antoine, notaire et Christine Delfieu, parent du troisième au quatrième degré. D’où du premier lit :

1-Antoine-Vincent (Ferrier**), né le 23-07-1775.

2-Simon-Thomas (d’Aquin**), né le 6-03-1779.

Du second lit:

3-Marie-Marguerite, née le 13-12-1787.

4-Sylvestre-Louis, né le 31-12-1790, avocat et propriétaire en 1834 de La Molinie.

5-Honoré-Jean-Antoine, né le 17-05-1792, + en 1793.

6-Jeanne-Josèphe-Christine, née le 16-03-1795.

7-Julie-Victoire, née le 9-03-1797.

8-Jean-Baptiste-Valentin, né le 15-02-1799.

9-Jean-Baptiste, né le 12-05-1802. 10-Jean-Antoine-Michel, né le 28-09-1807.

Autres familles non rattachées:

Antoine Rouch, dit Marante, hoste de Villefranche, décédé en 1603.

François Rouch, Marante, praticien de Villefranche, cité en 1604, x avec Catherine Fontilhe.

Jean-François Rouch, greffier de Villefranche et consul de cette ville en 1686.

Antoine Rouch, praticien de Maleville, marié avec Anne de Castéra vers 1640.

Pierre Cabrol et Geneviève Rigal-Saurel

*Pour différencier les différentes familles Patras, riches marchands de Villefranche, celle-ci portait le patronyme de Catherine de Rességuier, mère de Guillaume.

**Dans le livre de raison ces deux fils portent ces précisions qui indiquent pour patrons Vincent Ferrier et Thomas d’Aquin, deux saints dominicains, l’un né en Espagne au XIVème siècle et l’autre en Italie au XIIIème siècle et vénérés dans la famille.

Enter the video embed code here. Remember to change the size to 310 x 250 in the embed code.